Document sociologie et science politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2397 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER DE RECHERCHE

Thème : Frontières religieuses et frontières politiques.

INTRODUCTION

Politique et religion ont une longue histoire commune et ont même été étroitement liées tout au long des siècles. Elles le sont encore dans beaucoup de pays du monde.

Prise dans un sens large, la religion intègre l’ensemble des croyances et des dogmes définissant le rapportde l’homme avec le sacré. La politique, quant elle, est la science, l’art ou la façon de gouverner une collectivité humaine, dont la forme modernisée est l’Etat, et d’y organiser le pouvoir. C’est aussi l’ensemble des affaires publiques d’un Etat et des actions mises en œuvre par les partis dans le but d’accéder ou de se maintenir au pouvoir.

Ce faisant, les relations entre la politiqueet la religion couvre un champ analytique très vaste dont il nous serait raisonnablement et objectivement impossible de cerner la totalité. Ainsi, cette réflexion sera axée sur le contexte africain en général, le cas sénégalais en particulier.

En effet, ce continent, plus que tout autre d’ailleurs, est aujourd’hui celui qui est le plus concerné par ce qu’il est convenu d’appeler le« renouveau religieux », particulièrement l’Islam. Les dynamiques politiques et religieuses s’y côtoient, s’entremêlent, se croisent ou se conjuguent de façon exemplaire dans la gestion et la gouvernance des affaires publiques. Comme le dit, à juste titre, Souleymane Bachir Diagne « les hommes et les femmes occupent l’espace politique tel qu’ils sont, tel qu’ils pensent ». Dans ce sillage, il importe derepenser la problématique de ces « nouvelles logiques combinatoires » entre la politique et la religion dans un espace public bâti sur le principe de la laïcité.

L’emprise de la religion sur la politique et l’utilisation, sinon l’instrumentalisation de celle-là par celle-ci constituent deux pistes fondamentales sur lesquelles les chercheurs s’aventurent pour tenter d’éluder laproblématique. Sous ce rapport, la structuration du politique par le religieux (I) et la politisation de la religion (II) nous paraissent comme deux orientations fertiles pour mener à bien cette réflexion.

I. LA STRUCTURATION DU POLITIQUE PAR LE RELIGIEUX

Le champ politique africain, et sénégalais en particulier, est traversé de toutes parts par des logiques religieuses allant d’unesimple influence (A) à une participation directe par le biais de partis politiques, de mouvements religieux contestataires et parfois de syndicats (B).

A. De l’influence des guides religieux dans la gestion de l’Etat…

Les chefs religieux ont toujours entretenus des rapports très complexes avec les détenteurs du pouvoir politique. Dans la période précoloniale, certains marabouts sepositionnaient dans la cour royale en tant que conseillé, juriste consulte ou les deux à la fois, afin d’apporter des solutions aux questions sociales relatives au mariage, au divorce ou à l’héritage. Cependant, l’arrivée des colonisateurs a déstabilisé les régimes monarchiques et a ainsi profondément changé le sens et la portée des relations entre les guides religieux et l’administrationpolitique. En effet, les Français avaient assigné aux guides une fonction d’intermédiaire entre le pouvoir politique et la masse paysanne, dans l’application de leur politique d’administration cette situation de complicité sera maintenue par le premier gouvernement du Sénégal indépendant qui voyait en ces relations d’alliance, le moyen de gagner la confiance de la masse paysanne, grand électeur etfidèle disciple des marabouts.

De nos jours, cette influence est plus que présente dans la gestion de l’Etat, et ce pratiquement à tous les niveaux d’interventions. Ce qui laisse admettre l’importance et le pouvoir que certains guides religieux ont par rapport à certains domaines de décisions qui normalement auraient dû relever exclusivement de la gestion de l’Etat, mais qui...
tracking img