Document

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (464 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Grèves de Carmaux de 1892-1895 (Tarn, Midi-Pyrénées) ont attiré l'attention nationale non seulement en raison de leur importance et de leur durée, mais aussi parce que la première, qui touchales mines de charbon, est considéré comme l'épisode fondateur de la conversion de Jean Jaurèsau socialisme, qui fut élu en 1893 député du Tarn, tandis que la seconde, qui toucha la verrerie, laquelledépendait de l'industrie charbonnière, aboutit à la création de la verrerie autogérée d'Albi.
Carmaux est par la suite demeurée une ville symbole du socialisme, Jaurèsy étant ré-élu lors des législativesde 1902 portant le Bloc des gauches au pouvoir, tandis que de nombreuses autres grèves émaillèrent la région à laBelle Époque et après la Première Guerre mondiale. La verrerie autogéréed'Albi continua à fonctionner sous ce statut jusqu'en 1931, devenant par la suite une société coopérative ouvrière de production (SCOP).

Alors ajusteur aux ateliers des mines, le maire Calvignac fut licenciéle 2 août 1892 par la Société des Mines de Carmaux, qui avait racheté en 1873 la Compagnie de Carmaux créée sous Louis XV, prétextant que ses fonctions politiques portaient atteinte à son activitéprofessionnelle.
Malgré la demande des mineurs, désormais en grève, de réintégrer les délégués syndicaux à la mine, la direction resta imperturbable.
De nouveau en grève le 16 août 1892, les ouvriersenvahirent le parc de la maison de la direction, réclamant la démission immédiate de Humblot, le directeur des mines.
Émile Loubet, le président du Conseil, envoie la troupe, ce qui transforme la grève enenjeu national.
Plusieurs grévistes sont arrêtés. Neuf sont condamnés par le tribunal d'Albi à des peines d’emprisonnement pour avoir osé entrer dans le bureau du directeur Humblot, ce qui accentuaencore davantage le mouvement de grève.
Dans La Dépêche du Midi, Jean Jaurès défend les grévistes, tandis qu'Alexandre Millerand demande que l'Etat saisisse les mines, en s'appuyant sur les lois...
tracking img