Documents

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 54 (13462 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SCENARIO
« Main dans la main »

ACTE I

INT. UNE PIECE SANS FENÊTRE

Un écran de télévision : des images apparaissent – qualité de vieille VHS un peu détériorée.
Ce sont d’abord des films familiaux, qui montrent des jeunes enfants s’entraîner à danser dans une cave.
Puis on voit le spectacle des enfants sur la scène de spectacle.
On voit également des vidéos de coulisses.

Amesure que la caméra s’éloigne de l’écran de télévision où sont diffusées les images, nous découvrons une pièce tapissée de posters du Big Band.

[Comment conclure ce plan ?]
[Proposition : voix d’un commentateur de télé…
Pendant un reportage sur eux :
« leur ascension est irrésistible, et on ne voit pas ce qui pourrait l’arrêter… »

INT. L’APPARTEMENT DE NOURREDINE – JOUR

Le tambour enmarche d’une machine à laver : on voit les tee-shirts ;
Le tambour, lentement, s’arrête. Un enfant d’une dizaine d’années ouvre la porte de la machine à laver. C’est Jamel, le petit frère de Nourredine. Il en tire un drap de bain bleu qui a déteint, puis un tee-shirt qui a une couleur rouge/rose.

JAMEL
Oh non !

Il se précipite à la cuisine où sa mère prépare le petit-déjeuner.

JAMELMaman, mon tee-shirt a déteint !

Nourredine, le grand frère de Jamel, est en train de mettre ses vêtements : il s’apprêtait à sortir, mais il rebrousse chemin pour jeter un coup d’œil au tee-shirt.

NOURREDINE
Evite de le porter dans le quartier, tu vas t’attirer des ennuis…
[ou //Evite de le porter hors de la maison… ]

EXT. LA CITE DES BLEUETS – CONTINUITE

Nourredine sort deson appartement. Il passe devant des jeunes qui sont assis sur un banc, et qui ont tous un détail bleu dans leur vêtement. Un plan de grue nous élève jusqu’à des peintres qui peignent une façade en bleu clair – puis jusqu’au panneau : « LES BLEUETS »

INT. LOCAL DE LA SOCIETE DE DEMENAGEMENT – JOUR

Nourredine débarque dans le local de la société de déménagements pour laquelle il travaille –c’est un entrepôt avec des fourgonnettes garés. Il salue un individu, qui porte un uniforme à l’effigie de la boîte – c’est sans doute son supérieur hiérarchique.

NOURREDINE
Salut…

LE SUPERIEUR
Salut… Tu prends celle-là… (il désigne une fourgonnette)

Nourredine s’apprête à fermer la porte arrière de ladite fourgonnette – mais une voix féminine jaillit de l’intérieur.

NAWELLEFermez-pas, je suis dedans…

Nawelle, une jeune femme d’une vingtaine d’années, saute hors du camion.

Elle tend la main à Nourredine.

NAWELLE
Salut.

Nourredine lui serre la main en faisant un petit signe de tête. Il monte à la place du conducteur et fait tourner le moteur. Nawelle prend place à côté de lui. Le supérieur de Nourredine lui tend un formulaire fixé à un bloc cartonné.Nourredine jette un coup d’œil à l’adresse inscrite sur le formulaire : « LES LILAS ».

NOURREDINE
(sur un ton pas spécialement ravi)
« Tu ne m’avais pas prévenu que c’était aux Lilas…]

LE SUPERIEUR
(goguenard)
Pourquoi, t’es allergique ?

Nourredine démarre…

INT. A L’AVANT DE LA FOURGONNETTE – JOUR

Nourredine a le regard rivé sur la route. Nawelle lui jette des petits coups d’œildiscret.

NAWELLE
C’est jolie comme ville.

NOURREDINE
Chacun ses goûts…

***
EXT. LA CITE DES LILAS – JOUR

La fourgonnette arrive dans un quartier et se gare devant un bâtiment : un plan de grue nous élève jusqu’au panneau « LES LILAS ».
Par la fenêtre, Nourredine avise un groupe de jeunes - ils ont tous dans leurs vêtements un détail violet ou mauve, particulièrementreconnaissant.
Nourredine ferme son sweet jusqu’au col, dissimulant le tee-shirt bleu qu’il portait en-dessous. Il rabat sa casquette sur son visage et descend.
[// Nourredine jette un coup d’œil au petit haut bleu de Nawelle. Il se penche vers elle et reboutonne le gilet de Nawelle pour cacher le haut bleu. Nawelle reste interloquée, puis il descend du camion, laissant Nawelle interloquée.

7....
tracking img