Doit civil

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2364 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L'objet de la conférence d'Ernest Renan du 11 mars 1882 était d'apporter une réponse à la question « Qu'est-ce qu'une nation?», qui se posait dans le contexte de l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine à l'Allemagne, suite à la défaite française de 1870. Cette interrogation opposait à l'époque deux conceptions de la nation, dont la première (celle des opposants à l'Allemagne) consistait àprivilégier une vision raciste, ethnique, linguistique et géographique de la nation; la seconde, partagée par l'auteur de ce texte héritée des Lumières et de la Révolution, reposait sur "l'abdication de l'individu au profit d'une communauté".
Une nation, comme nous l'explique Ernest Renan, est un principe spirituel, immatériel mais avant tout une institution composée d'homme, libre d'appartenir à lacommunauté, dont il choisit les critères sociaux et linguistiques.
C'est cette idée de la nation qu'Ernest Renan expose dans un premier temps en tentent d'établir sa propre conception de la nation (bases de cette institution, principes, visions humaine à lui consacrer), avant de proposer, lors du règlement des frontières, une consultation directe de l'avis des populations concerné, plutôt qu'unedémarche traditionnel préconisant une certaine diplomatie et la guerre.

I. La conception de la nation d’Ernest Renan

A. La réfutation de la thèse d’une nation définie sur l’appartenance « automatique » à une communauté

Ernest Renaud dresse rapidement un premier tableau de la nation à laquelle il lui octroie une âme et un principe spirituelle. Cette nation est inévitablement construiteautour d'un passé, par un ensemble d'évènement perçu comme un héritage mais aussi d'un présent afin de perpétuer le souvenir des événements passés et l'héritage commun. Ernest Renan souligne en particulier l’importance du sentiment de communauté. Pour l'auteur, la nation n'est qu'un seul corps représentant "l'aboutissent d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouement". Effectivement, ilmontre que ces sacrifices et dévouements sont des mots forts qui servent à représenter l'oubli de l'individualisme au profit de la nation. La notion de « culte » n’implique pas ici un rite religieux mais plutôt une marque de respect offerte aux ancêtres, aux personnes nous ayant précèdes. La notion “d’ancêtre” est caractérisée par un ensemble de personnes qui ont une influence dans le devenir d’unenation. Cet hommage aux hommes fondateurs de notre présent est considéré comme “légitime”, ce qui l’associerait presque à un devoir. Dans ce sens, le philosophe illustre la nation grâce aux ancêtres qui "ont faits ce que nous sommes", c'est pour cela qu'il faut leur rendre hommage. Ernest Renan défend alors ici l'idée d'un devoir de mémoire, d'hommage qui s’avère être des plus légitimes qu'il soit,que l'on doit à nos ancêtres. De plus, plus le passé de la nation est riche en événement, plus le sentiment de nation devient fort.
Le « passé héroïque, des grands hommes, de la gloire » constitue dès lors, le capital sociale et part de là, le sentiment de nationalisme. En ce sens qu'il se développe chez les hommes une pensé commune ainsi qu'un sentiment d'appartenance à un groupe. C'estalors le moment, pour Ernest Renan de préciser d'avantage sa conception de la nation qu'il défini ; dans un premier temps comme le peuple, c'est-à-dire un ensemble d'individus qui partage un passé commun, une langue commune, des racines et intérêts commun. Lorsqu' Ernest Renan affirme que "l'homme n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de ladirection des chaînes de montagnes", il fait bien entendu la critique des opposants à l'Allemagne (dans le cadre de son annexion de la Lorraine et de l'Alsace), qui soutiennent cette conception de la nation qui consiste à la considérer comme une somme de critères raciaux, ethniques, géographiques ou encore linguistiques. Selon eux, le seul fait de répondre à ces critères suppose l'appartenance...
tracking img