Doit on se mefier de toutes nos croyance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1740 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
II) Lumière et aveuglement : le retournement indéfini
La dynamique de ce passage est fondée sur le retournement, le schéma de l’inversion, qu’il s’agisse du statut de Tirésias, dont la cécité est normalement une métaphore et une garantie de sa clairvoyance, ou de la condition d’Œdipe, le sage et l’ultime recours qui est aveugle à son destin. Ce que Sophocle met ici en scène, c’est l’essentielleobscurité du sens et du destin. Sont confrontés dans cet agôn, Œdipe qui jouit de la vue et qui se trompe en tout point (les yeux ouverts, qui ne voient pas 413), et Tirésias l’aveugle clairvoyant.
1) L’obscure lucidité d’Œdipe : le retournement et le jeu des faux semblants
– Œdipe se trompe dans l’interprétation des propos de Tirésias en relevant ce qu’il croit être les faux semblants del’apparence : il rabat les paroles de T. sur une dimension psychologique (l’envie, la jalousie) ou sociale (l’ambition de Créon). Ainsi celui qui était un ami (Créon) se retourne en ennemi, et le sage Tirésias en charlatan : Créon se livre à des menées souterraines, il intrigue, il soudoie (384) et Tirésias, espèce de sorcier, charlatan retors, aveugle dans son art (387) est pour Œdipe un véritableaveugle, un aveugle complet, au physique comme au moral. Mais
– Œdipe est le véritable aveugle : tes yeux sont ouverts et tu ne vois pas… (413)
– Œdipe se trompe sur lui-même, quand il croit sa ruse (qui lui a permis de triompher de la sphynge) supérieure à la tèchnè de Tirésias, qui est à la fois divination et science du langage : cette dernière dimension de l’art divinatoire lui est totalementobscure : les énormités de cet individu (429) ; propos délirants (433) ; mots couverts, énigmatiques (439).
– Œdipe se trompe sur la portée de ses actes : croyant sauver la cité de la sphynge (443) il a attiré la peste sur elle.
– Il a vu une chance là où se trouvait sa malédiction (ibid.). Du statut de juge, il passe à celui d’accusé.
2) La cécité clairvoyante de Tirésias (le clerc obscur !)Tirésias est l’aveugle qui voit clair, celui qui n’a plus la jouissance de ses yeux au physique, mais qui voit clair dans le destin. Peut-être est-ce sa cécité même qui lui confère cette lucidité. En tant que tel, il ne peut parler clair, et souligne lui-même qu’il n’a nul compte à rendre aux puissants de ce monde, ni à Créon, ni à Œdipe, mais à Loxias (410), c’est à dire Apollon, l’oblique etl’ambigu. À proprement parler, ce qu’il dit est incompréhensible, inintelligible aussi bien au Chœur qu'à Œdipe : tu es celui que tu cherches. Il faut cependant souligner, parce que le théâtre est le lieu d’une double énonciation, que ces paroles sont claires pour le spectateur, qui connaît le mythe : le spectateur sait que sur scène le véritable aveugle est Œdipe. Et le développement de cette parolescandaleuse ne fait que confirmer, voire aggraver son obscurité. Le développement de cette parole énigmatique s’accomplit sur deux plans, et en deux temps :
— D’abord, dans un discours personnellement adressé et référé, au futur, comminatoire et obscur : tu ne vois pas dans quelle horreur tu baignes (414); tu ne te doutes pas que tu es abominable aux tiens (416) ; la malédiction (418) ; lorsque tuauras reconnu en quelles épousailles… (422).
— Ensuite, dans un discours à proprement parler sibyllin, qui cumule les caractéristiques du ton oraculaire (En vérité je te le dis… 449) et de l’obscurité : le discours est encore adressé, mais il n’est plus précisément référé : cet homme est ici (452) ; son origine se révélera (453); il sera aveugle 454) ; On découvrira qu’il a près de lui desenfants… (458).
Au terme de l’intervention de Tirésias, Œdipe ne peut y voir clair, mais il est maintenant en présence de la vérité, confronté à la puissance de la vérité : il est arrivé à évacuer le corps de Tirésias, mais reste l’efficace et la puissance de sa parole.
III) De l’hermétique à l’herméneutique
La double énonciation est une caractéristique fondamentale du jeu théâtral, et elle...
tracking img