Doit-on tenir pour vrai que ce qui est démontré?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1355 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Doit-on tenir pour vrai que ce qui est démontré ?

On définit généralement la vérité comme étant la vérité est la qualité de ce qui est vrai. C'est la conformité de l'idée avec son objet, conformité de ce que l'on dit ou pense avec ce qui est réel.
La démonstration est une déduction destinée à établir la vérité d’une proposition en montrant qu’elle découle nécessairement d’une raisonreconnues comme vraies. C’est pourquoi, en cas de doute d’une proposition, l’être humain demande toujours à être éclairé par une démonstration.
Pourtant, si la démonstration garantie la vérité, un fait non démontrable doit-il être considéré comme faux ? En d’autres termes, ne doit-on tenir pour vrai que ce qui est démontré ?
L’expérience et la vérifiabilité s’opposent à l’évidence et l’intuition, toutcomme les philosophes scientifiques et les philosophes de l’esprit.

Un authentique esprit scientifique n’accepte de tenir pour vrai que ce qui est démontré. La déduction et l’expérience sont deux moyens d’atteindre la vérité.

Locke et Descartes ont tous deux posé les bases de la méthode scientifique.
Locke insiste sur la nécessité d’avoir recours à l’expérience pour établir desconnaissances. Pour celui-ci, la connaissance et le principe n’atteignent pas instinctivement l’homme. Dans « Essai sur l’entendement humain », Locke dénonce l’innéisme de Descartes et exprime sa vision de l’esprit humain : pour lui cette esprit n’est rien sans expérience ni éducation. Il compare l’esprit d’un nouveau né avec une « table rase » : une tablette vierge de toute écriture. Hume partageégalement ce point de vue.
Pour Descartes, le raisonnement mathématique est la seule preuve de vérité. Il estime que l’égalité de raison des hommes les mènent à diverses destination sur « le chemin de la vie » car l’utilisation de celle-ci n’est pas toujours la bonne. Pour celui-ci l’essentiel réside donc dans la méthode : mot venant du grec et signifiant « chemin ». Il décrit cette méthode comme étant «des règles certaines et faciles, grâce auxquelles tous ceux qui les observent exactement ne supposeront jamais vrai ce qui est faux, et parviendront sans se fatiguer en efforts inutiles, mais en accroissant progressivement leur science, à la connaissance vraie de tout ce qu’ils peuvent atteindre. » dans « Règles pour la direction de l'esprit ».

Selon Leibniz et Hume, les vérités démontrées sontdivisés entre les vérités de raison : vérités logiques ; et les vérités de fait : vérités vérifiées par l’expérience. Les premières n’ont pas besoins d’expérience pour être démontrées. Elles peuvent, par exemple, faire appel à la déduction : « si l’oiseau a des ailes, alors il vole, or l’oiseau a des ailes donc il vole ». Personne ne peut refuser cette théorie car la logique l’emporte surl’esprit. Les secondes, par exemple « l’eau bout à 100 degrés », ont besoin d’être prouvées par l’expérience. Selon ce principe, on fait bouillir de l’eau est on mesure sa température : aucun doute ne peut subsister.

Les vérités scientifiques sont l’affaire du positisme car elles sont vérifiées expérimentalement, contrairement au positisme logique qui tente d’établir des critères pour distinguer lesénoncés sensés des énoncés invérifiables.
Pour Popper, « un système faisant partie de la science empirique doit pouvoir être réfuté par l’expérience. » car seule le temps et l’expérience pourra vérifier la thèse exposée. Ainsi l’énoncé « il va pleuvoir demain », ne pouvant pas être prouvé, sera considéré comme non empirique, puisqu’aucune expérience ne peut l’invalider, et comme non scientifique.Il nous apparait donc que, pour Popper, toute théorie peut être contredite dans le temps et donc que la science des théories comme le marxisme et la psychanalyse, sont à exclure. En effet ces théories n’admettent pas l’erreur est seraient donc des fausses sciences.
Il est donc possible de décider de la vérité ou de la fausseté d’une théorie ou d’un énoncé, et ce de manière concluante. Dire...
tracking img