Dollar depuis 45

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le dollar, vecteur de la puissance américaine depuis 1945. Malgré les aléas des années 30, en particulier la dévaluation massive de 1934 (ou grâce à elle ?), le dollar était déjà la moins affaiblie de toutes les grandes monnaies à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Il est évident qu’en 1945, tous les « fondamentaux » qui déterminent habituellement la force d’une monnaie jouaient dans lemême sens pour faire du dollar la devise souveraine : grâce surtout à leurs exportations, les Etats-Unis possédaient les deux tiers de l’or monétaire mondial, accumulant par là des réserves de change qui semblaient inépuisables. L’inflation, ce mal qui ronge les monnaies en temps de guerre, était assez bien contrôlée : l’indice des prix, base 100 en 1939, n’atteignait pas 130 en 1945. Non seulementla productivité de l’appareil industriel américain dépassait celle des concurrents, mais, en outre, elle ne cessait de progresser plus vite dans ce milieu des années 40. Le sentiment de force que le dollar inspirait venait aussi de sa rareté relative. C’était le fameux « dollar gap » (absence de dollars) : le monde entier avait besoin des produits américains, donc de dollars pour les payer, alorsmême que les Etats-Unis n’avaient guère besoin de grandchose du reste du monde et ne dépensaient pas à l’étranger ces fameux dollars, dès lors introuvables dans les circuits économiques habituels. Une monnaie est aussi l’expression d’une situation stratégique – la livre sterling était forte en 1914 parce que l’or mondial venait se réfugier en Angleterre, à l’abri de la Home Fleet (partie de laflotte britannique chargée de la défense des îles britanniques). Raymond Aron a montré que les Etats-Unis disposaient désormais de l’insularité stratégique – Canada et Mexique n’« existant » pas sur le plan militaire –, au moment même où la marine de guerre américaine régnait sur les océans du monde. Ce facteur a très longtemps joué, tout au long de la guerre froide en particulier, en faveur de lamonnaie américaine, qui progressait dès que des tensions internationales apparaissaient. Si la monnaie est le reflet de la toute-puissance américaine, elle est aussi, et par là même, l’outil qui permet de véhiculer et de mettre en œuvre cette hégémonie, ne serait-ce que par le pouvoir d’achat, la capacité d’intervention et toute la palette du pouvoir d’influence qui en résulte. Quelques aspectsparticulièrement forts méritent d’en être soulignés. 1. Le dollar au service de l’intérêt des Etats-Unis Avec la conférence de Bretton Woods (1944) et la création du Fonds monétaire international (FMI), qui commença à fonctionner en 1947 et dont le siège fut d’ailleurs fixé à Washington, le dollar est devenu la clé de voûte du système monétaire international. La victoire de White, le représentantaméricain à Bretton Woods, sur les thèses défendues par Keynes démontre d’ailleurs, dès le départ, la volonté des Etats-Unis d’utiliser la force acquise par leur monnaie au service de leur puissance, plutôt que de chercher à bâtir un système plus neutre. Du fait du rôle du dollar comme quasiétalon pour les autres monnaies, à cause de la place prééminente des Etats-Unis au sein du FMI, quirésulte de l’importance de la quote-part versée et des droits de vote qui en résultent, ce pays maîtrise le système monétaire international. Il dispose d’un vrai droit de regard sur la conduite des politiques économiques des pays rattachés à ce système : ne faut-il pas obtenir l’autorisation du FMI pour dévaluer une monnaie de plus de 10 % ? Le plan Marshall et les dispositions semblables (vis-à-vis duJapon, par exemple), répandant, de manière ciblée bien entendu, les précieux dollars de par le monde, constituent les outils par lesquels les EtatsUnis, non seulement consolident leur prospérité d’après-guerre, mais surtout transforment leur puissance monétaire en puissance géopolitique. Même dans la période de l’après-guerre, tout autant que postérieurement, les Etats-Unis utilisent le rôle...
tracking img