Dom juan, acte iii scène 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (538 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DOM JUAN Acte III Scène 2 (1665)

De Molière

DJ et Sganarelle déguisés en médecin demandant leur route a un pauvre.
Lors de la scène précédente, DJ et Sganarelle ont une discussion métaphysique« Je crois en deux et deux font quatre » ( DJ est un scientiste.
(Religion du coté de l’obscurantisme à cette époque.)
Dans cette scène, aucun programme ni tirade. Scène brève mais dense, etprofondément dramatique (en mouvement) avec un enjeu très important. DJ joue avec Le Pauvre et lui propose de blasphémer à l’égard de Dieu en échange d’argent. Position perverse.

Rappels :Scientisme : faire de la science sa religion

Obscurantisme : opposition à la diffusion du savoir
Métaphysique : philosophie qui étudie les principes de la réalité au-delà de toute science particulière.Portrait en acte : portrait du personnage dans la façon dont il agit.
Pathétique : registre venant de pathos ( souffrance, passion comprenant des thèmes comme la douleur.

Axes étudiés :

Montrercomment cette scène ambigüe définie le portrait en acte de Dom Juan, à la fois tout puissant et en position d’échec, annonce du dénouement tragique.

I. Un combat idéologique

A. Une densitédramatique
Le décors, foret sombre et dangereuse (on s’y perd, voleurs etc ..), déguisements. Contexte : échange précédemment eu, excitation intellectuelle où Sganarelle s’est ridiculisé. Tensionpathétique, créé par le jeu cruel de Dom Juan sur le pauvre.

B. Le Pauvre, un homme de bonne foi
Véritables conseils (vrai : voleurs vraiment présents car Dom Juan sauve le frère d’Elvire), respectueux,vouvoie DJ et l’appelle « Monsieur ». Campe sur ses positions et suscite la pitié. Montre la droiture, ne dévie pas de son chemin.

C. L’Arithmétique en pratique
Fausse naïveté de Dom Juan, unjeu sur la logique. Un raisonnement de libertin et non pas en homme de foi. Raisonnement qui ne cherche que l’efficacité et non la réflexion. Jeux de mots.

II. Une scène ambigüe et sans morale...