Dom juan commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4014 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
EXTRAIT 1
Dom Juan , Molière Acte I, Sc 1 lectures analytiques

4 questions :
1. A quoi sert l’éloge du tabac ?
2. En quoi est-ce une scène d’exposition ?
3. Quel est le rapport entre maîtres et valets dans cette scène ?
4. Est-ce une scène comique ou tragique ?
I-Eléments d’introduction : Faites des phrases courteset soyez précis.
Conditions de parution : Dom Juan = Cette pièce a été jouée en 1665 après les déboires de Molière avec Tartuffe censuré. Elle est écrite en prose et elle a connu beaucoup de succès mais peu de représentations (15) suite à la pression du parti des dévots qui se sentaient de nouveau visés.
Thème de la pièce : Dom Juan ou le festin de Pierre raconte l’histoire d’un séducteurpris au piège de ses défis.
Situation de l’acte, de la scène : «  Nous allons étudié la scène d’exposition… » ou « l’extrait que nous allons étudier appartient à la scène 1 de l’Acte I, dans lequel deux valets :
Sganarelle , valet de Don Juan, et Gusman, valet de Don Elvire dialoguent.
Le sujet de leur discussion porte sur le départ précipité de Don Juan et on en vient à un portrait du maître .lecture
Problématique : nous étudierons « citez mot pour mot la question de l’examinateur ».

Question 1 : porte sur la première tirade de Sganarelle.
.

Art de la rhétorique : Sganarelle montre qu’il sait parler.

Sganarelle veut impressionner Gusman : il va faire « l ‘éloge du tabac : d’une part , le tabac est très en vogue chez les nobles au XVIIème et cela permet à Sganarelle de sehisser à leur niveau ou du moins de montrer qu’il connaît ce monde et d’autre part l’éloge est un genre de discours pratiqué à l’époque par ceux qui savent parler, s’exprimer :
- il cite des auteurs prestigieux : « Aristote »
- il se laisse emporter par les mots et exagère : plusieurs hyperboles :
«  il n’est rien d’égal au tabac »
« Qui vit sans tabac n’est pasdigne de vivre » (aphorisme, maxime)
gradation :
«Aristote et toute la philosophie »
rythme binaire :
« non seulement…….mais encore…… »
« de quelle manière……et comme on est… »
« d’honneur et de vertu »- vocabulaire châtié ou registre soutenu, longues périodes avec subordonnées qui donnent un caractère pédant au discours.
- longue tirade ininterrompue par Gusman.
Si l’éloge du tabac semble placé ici de façon artificielle comme le souligne lui même
Sganarelle : « Reprenons un peu notre discours…. » ,en réalité il est plus révélateur qu’on ne pourrait l’imaginer.
Sganarelle imite sonmaître Don Juan qui est avant tout un beau parleur ( les brillantes tirades du héros sont nombreuses «  Quoi tu veux qu’on se lie…. » A1,sc2…) . Le héros est absent
Mais son double comique est présent (comique de situation, décalage entre le thème : le tabac, denrée de luxe et la condition sociale du valet. Vertus exagérées attribuée au tabac)

Exercice qui s’intègre à la scène d’exposition :- Le rideau s’ouvre et dévoile la façade d’un palais, mais dans le décor classique d’une tragédie : ici ce sont deux valets qui prennent la parole, il y a donc un décalage entre la noblesse du décor et les personnages de comédie.
Cette situation burlesque est accentuée par l‘éloge d’un objet matériel peu philosophique prononcé par un speudo-orateur.
Dès le début,Molière mélange les genres.
- Pour une pièce dont le sujet principal est le libertinage, il n’est pas banal d’autant insister sur la vertu, l’honneur et l’honnête homme : Don Juan est aux antipodes de ces notions.
( champ lexical de la vertu : « honnêtes gens », « âmes », « vertu », « honnête homme », « sentiments d’honneur et de vertu »).
Sganarelle évoque une autre vertu...
tracking img