Dom juan i, 2 "quoi? tu veux qu'on se lie.." à "mes conquetes amoureuses"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2066 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Situation :

La scène 1 mettait en scène les deux valets où Sganarelle présentait son maître.
Le spectateur attendait sa venue...c'est la première scène où apparaît Dom Juan. Le spectateur le voit en chair et en os.
On a la confirmation que D.J. a abandonné Elvire.
Sganarelle vient de dire à D.J. qu'il n'approuve pas l'infidélité (l.122-123), Dom Juan va donc se défendre en argumentant.Le commentaire :

___I)__Un personnage conforme à la présentation de Sganarelle.

_____1)__« Un épouseur à toutes mains ».

Tout d'abord, le champ lexical de l'amour / séduction est présent : « passion » (l.128), « beautés » (l.129), « charmer » (l.131), « cœurs » (l.133), « amour » (l.136), « hommages » (l.138).

Par l'utilisation de l'adjectif possessif de la première personne du plurieldans la citation « notre cœur » (l.154-155), D.J. effectue une généralisation. Il généralise aussi en employant plusieurs fois l'adjectif indéfini “tout(es)“ aux lignes 128, 130, 133, 138, 140, 141...et 160-161 quand il dit qu'il pourrait aimer « toute la terre ». Par ailleurs, l'utilisation du pluriel est récurrente (« les autres beautés » (l.129), « les belles » (l.131), « nos cœurs » (l.133).De plus, il emploie une métonymie en désignant son « cœur » (l.160) comme symbole de sa personne. Il utilise également des hyperboles comme lorsqu'il dit « si j'en avais dix mille, je les donnerai tous » (l.141), où le grand nombre donne une idée d'abondance. On trouve encore des accumulations avec beaucoup de virgules (l.144 à 150 et l.151 à 155).

Le texte donne une idée de « changement »(l.143).

Ce qui intéresse Dom Juan c'est de chercher une nouvelle femme, de faire des « conquêtes » (l.155). Mais une fois qu'il a obtenu ce qu'il veut, ce n'est plus une conquête, il n'en veut plus. Il se prend pour un « conquérant » (l.157), ce qui donne une idée d'instabilité, d'inconstance.
Il veut voler « de victoire en victoire » (l.158), ce qui donne une impression de mouvement perpétuel (=sans fin).
Selon lui, on ne peut pas l'arrêter (l.159-160) : négation devant « borner » et devant « arrêter », renforcée par « rien ».
l.158 : « volent » : il enchaîne les conquêtes. Il est dans le ciel, il n'y a pas d'obstacle, on ne peut pas le stopper. Et il vole le cœur des femmes (=double sens).
l.159-160 : « l'impétuosité » est COD, « mes désirs » est complément du nom : Dom Juan ne peutrien faire du tout, il n'est pas responsable de ses actes (sorte de fatalité).

_____2)__Un conquérant.

Le champ lexical de la guerre est présent : « frapper » (l.129), « combattre » (l.146), « armes » (l.148), « conquête » (l.155), « triompher » (l.146), « victoire » (l.158).

De « on goûte » (l.144) à « maître » (l.151), D.J. expose sa stratégie de conquérant avec ses techniques et sesarmes (« des larmes et des soupirs » (l.146-147)). Il utilise une gradation et des compléments circonstanciels de manière qui montrent la stratégie progressive.

Mais les femmes essaient de résister : elles sont qualifiées d' « innocentes » (l.147), « jeunes » (l.145), « belles » (l.157) → idée d' « innocence », de « pudeur » (l.147), de « scrupules » (l.149)(= inquiétudes de conscience / morale),de « résistance » (l.148) : la morale pousse les femmes à ne pas céder.

On voit que D.J. aime la difficulté. Il veut transformer les gens, les pervertir : c'est un manipulateur, un pervers, un peu sadique. La perversion lui plaît, son but est de soumettre les autres (il fait ce qu'il veut de ses « conquêtes » qui deviennent des objets, il les mène où il veut (l.150)).

Enfin il se compare àAlexandre le Grand, le plus grand conquérant de l'Histoire. Il trouve qu'il n'y a pas assez de femmes sur terre, il veut faire plus qu'Alexandre en faisant des conquêtes sur « d'autres mondes » (l.161-162)
→ il est mégalomane (= délire de grandeur, orgueil excessif).

_____3)__Un personnage qui se considère comme supérieur aux autres.

Dom Juan méprise les autres qui selon lui n'ont rien...
tracking img