Dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (769 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le poème s’ouvre sur un tableau idyllique et vivant. La nature est magnifiée et personnifiée : « la rivière chante », « accroche follement », « la montagne est fière de dominer le paysage ». Toutrespire une certaine joie de vivre.
Ce « trou de verdure » semble constituer un espace agréable pour le « dormeur » que l’on pourrait assimiler à une chambre, à un espace rassurant comme le suggèrel'adjectif « petit ».
De même, le poète utilise des petites touches de couleurs : « argent », « bleu », « vert » ou les suggère avec « soleil ». Il accorde une grande importance à la lumière : « Luit», « mousse de rayons ». Cette synesthésie de couleurs suggère plus la nature qu’elle ne la décrit et le décor paraît presque immatériel. Tous nos sens sont sollicités : la vue avec les couleurs, letoucher avec les adjectifs frais et froid, l’ouïe avec tranquille et l’odorat avec le substantif parfum.
Pourtant, cette impression est tempérée du fait qu’il s’agit de couleurs froides et, lechamp lexical de la maladie, « pâle », « lit », puis « malade » ou encore l’adjectif « froid » renforce ce malaise.
Rimbaud emploie également un langage à double sens où le sommeil évoque la mort : "lanue" vient du latin nubes qui signifie "voile de tristesse" et les "glaïeuls", fleurs remarquables par la beauté de ses teintes, sont ici piétinés. Le jeu des couleurs dans le vers "Pâle dans son litvert où la lumière pleut." est également porteur d'un message sinistre.
Le poète aime la musique, comme en témoignent les nombreuses allitérations et assonances.
Le vers huit estparticulièrement significatif
Les labiales du début et de la fin encadrent ce tableau où « vert » placé à l’hémistiche et « lumière » se répondent par assonance ouverte, où les liquides soulignent encore laqualité particulière de l’éclairage.
« Les parfums ne font pas frissonner sa narine. »
Les assonances en « ou » forment un hiatus encore plus brutal que dans « bouche ouverte », brutalité...
tracking img