Don juan, moliere, i, 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1695 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Molière : Dom Juan, Acte I, Scène 1

1. Résumé :

Guzman, serviteur de Done Elvire s’entretient avec Sganarelle, valet de Dom Juan. Celui-là s’étonne que Dom Juan ait quitté Done Elvire après tout le mal qu’il s’est donné pour la conquérir.

2. Etude du style de Sganarelle :

Dans sa tirade au sujet du tabac, Sganarelle utilise un vocabulaire plutôt élevé et ne se gêne pas defaire référence à Aristote et la philosophie puis d’user de l’expression latin « inter nos » pour impressionner son interlocuteur. Il tente ainsi de paraître plus cultivé et sûr de lui aux yeux de Guzman. On peut interpréter ceci comme un clin d’œil de la part de Molière aux gens de l’époque, souvent de la cour, qui parlent pour ne rien dire mais qui cherche seulement à impressionner. D’où lacélèbre maxime : « La culture c’est comme la confiture : plus on en a, plus on l’étale… », sauf que dans le cas présent, la culture n’est pas toujours de mise !

3. Sous quels traits Sganarelle peint-il Dom Juan ?

Après son éloge du tabac, Sganarelle nous dresse, en l’absence de Dom Juan, un portrait des plus négatifs, ce qu’il n’oserait faire en sa présence. Il tente de détruire la confianceaveugle que place Guzman en lui (« Un homme de sa qualité ferait-il un action si lâche ? ») en le qualifiant « d’épouseur à toutes mains », de pèlerin ce qui signifie « Jeune homme qui aime les belles, et (…) qui ne songe qu’à venir au bout de ses desseins par toutes sortes de manières libres et gaillardes ». Il l’accuse encore de « plus grand scélérat que la terre ait jamais porté, un enragé, unchien, …, tout ce que nous croyons. ». Sganarelle ne soutient donc en rien les actions de son maître ; il trouve inadmissible de bafouer ainsi les liens sacrés du mariage. Il ne supporte pas le côté épicurien et donc hautement matérialiste de Dom Juan, tout comme sa méchanceté (« il me vaudrait mieux être au Diable qu’à lui. ») et sa boulimie des femmes, qu’elles soient paysannes, bourgeoises ounobles, qu’il abuse par ses talents d’acteur.
4. Comment les paroles de Sganarelle le dépeignent-elles lui-même ?

A travers sa description de Dom Juan, on peut saisir la description de Sganarelle lui-même. Il y a en effet une réelle opposition entre les deux compères, Sganarelle étant une sorte de double contraire, raisonnable, de Dom Juan. Sganarelle nous paraît tout d’abord rempli decrainte et de soumission contrairement à son maître sûr de lui et qui n’a que faire de l’avis des autres. En outre, toujours en opposition à Dom Juan, Sganarelle est un homme croyant aux Ciel comme à l’Enfer. Toutefois, il mélange religion et superstition dictée par les croyances populaires (« … un Diable, …, qui ne croit ni Ciel, ni Enfer, ni loup-garou, … »). Finalement, au fil du texte, on peutremarquer la lâcheté de Sganarelle qui joue un double jeu. Il n’hésite pas à blâmer les actions de son maître dans son dos, mais, dès que Dom Juan refait surface, Sganarelle n’assume plus ses dires et soutient celui-là dans ses desseins, peut-être par fascination pour sa maîtrise du language.

5. Quels effets bénéfiques le tabac aurait-il sur l’être humain ?

Dans sa longue tiraded’introduction, Sganarelle loue les bienfaits du tabac : « Il n’est rien d’égal au tabac », « qui vit sans tabac n’est pas digne de vivre », « il instruit les âmes à la vertu ». Selon Sganarelle, ses effets, surtout médicinaux, sont nombreux : « Il réjouit et purge les cerveaux de l’homme. ». En effet, les médecins de l’époque imaginaient que l’éternuement causé par une prise de tabac aidait le cerveau à sedébarrasser de ses impuretés. C’est pourquoi les prises étaient très à la mode ; on en partageait dans les endroits publics de rencontre. D’où son important aspect social aux yeux de Sganarelle. Toutefois, vu l’analogie existante entre le tabac qui représente le plaisir, et Dom Juan, qui prend plaisir à accumuler les conquêtes, on peut douter de la sincérité de Dom Juan dans cet éloge.

6....
tracking img