Don juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (811 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé ; Dom Juan, Molière.
* -------------------------------------------------
Tirade de Dom Juan, Acte I, Scène II, de « Quoi ! Tu veux qu’on se lie » à «pouvoir étendre mesconquêtes amoureuses. »

Dom Juan est une pièce de théâtre écrite en 1665 pas Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, dramaturge et acteur français du XVIIème siècle. Cette comédie en cinq actes sedéroule en Sicile et relate la vie du personnage éponyme, llibertin et blasphémateur. Dans l’extrait que nous allons étudier, Dom Juan évoque son état d’âme face aux questions de l’amour à travers undéveloppement lyrique.
L’intérêt de cet extrait revient à se demander, en quoi cette tirade de l’inconstance que présente Dom Juan reflète le stéréotype du personnage baroque qu’il représente ?L’éloge de l’inconstance de ce libertin face à l’amour et son esprit de conquérant épris de mouvement sont les deux éléments du texte que nous examinerons.

***

Dom Juan, dans sa tirade, vise àfaire l’éloge de l’inconstance qui lui est propre et qui le rattache à la vision baroque. Il se refuse à l’attachement d’une unique femme (cf. «L’amour de changer », Recueil de vers, de Nicolas desYvetaux). Dans un premier temps, il condamne la fidélité et considère qu’elle tue le désir : « lorsqu’on en est maître une fois, il n’y a plus rien à dire, ni même à souhaiter ; tout le beau de lapassion est fini, et nous nous endormons dans la tranquillité d’un tel amour» (lignes 69-72), cette « tranquillité » est pour Dom Juan synonyme d’ennui. Il décrédibilise les hommes fidèles premièrement enusant de la rhétorique, « Quoi ! Tu veux qu’on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu’on renonce au monde pour lui, et qu’on n’ait plus d’yeux pour personne ? » (l.40-42),L’exclamation renforce l’indignation qu’il éprouve à imaginer que l’on puisse « s’ensevelir » (l.44) dans une relation durable. Il associe ensuite la « constance » (l.46) aux gens « ridicules » (l.47),...
tracking img