Don juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (747 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Réécriture analyse Don Juan

Au XVIIe siècle, le théâtre était l’un des divertissements publics les plus populaires. Les gens venaient y voir des comédies et des farces. Molière est l’un desécrivains à avoir créé des œuvres qui représentent une réalité exagérée de son époque. Dans son œuvre Don Juan, il attaque l’hypocrisie qu’il avait observée chez certains dévots de sa ville. Le personnagede Don Juan est un libertin et sa vision de la fidélité est peu commune. Dans l’extrait de la scène 2 de l’acte 1, on montre que la fidélité pour Don Juan est l’emprisonnement de l’âme et qui est aussiperçus comme un acte contre la nature de l’homme. Autrement dit, le libertinage amoureux est l’art de vivre de l’être humain.

Dans cet extrait, on montre que la fidélité constitue un fardeau pourl’âme. Elle est pour le personnage un des plus grands maux, la mort de son esprit. L’antithèse «être mort dès sa jeunesse» montre que la fidélité est considérée comme le bourreau de Don Juan. Deplus, le locuteur consolide cette approche par le champ lexical de la mort : «ensevelir», «réduire», «endorm[ir]», et «mort». Au contraire, l’infidélité est décrite comme étant la délivrance comme lemontre l’euphémisme « je cède facilement à cette douce violence, dont elle nous entraîne». Celle-ci remplace la réalité choquante de l’infidélité par une expression adoucie dans le but de rendre son pointde vue agréable. La fidélité à un sens désolant en ne contenant aucune valeur morale. Sur ce point, Don Juan déplore ce comportement et il qualifie d’immoral le fait de s’attarder à la constance. Levocabulaire péjoratif «n’est bonne que pour les ridicules» défend bien cette vision libertine, Ainsi, l’oxymore «faux honneur» prend tout son sens en rapprochant deux termes de sens contraire dansl’optique de montrer que c’est une atteinte à la morale que de croire à cette sottise. Pour combler le mépris que cet homme de sang noble a pour cet acte immoral, le locuteur utilise la litote « ne...
tracking img