Don d'organe et don de tissus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1028 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

I. Les organes et tissus que l’on peut greffer

1. Ce que l’on peut greffer
2. Evolution du nombre de greffe

II. Conditions de la réussite d’une greffe

1. Compatibilité
2. Rejet de la greffe

III. Qui peut donner un greffon

1. Qui et comment le faire savoir
2. Conditions

IV. Du donneur au receveur, une course contre letemps

1. Du prélèvement à la greffe
2. Avantage et inconvénients

V. Bibliographie

Introduction :

. Une greffe est la mise en place dans le corps humain d'un organe étranger qui lui est devenu nécessaire pour vivre.
On greffe :
. Pour remplacer où suppléer un organe en défaillance sévère et irréductible et dont la fonction est vitale.
. Pour permettre à unmalade de retrouver une existence normale.
. Une greffe est envisagée lorsque les traitements ne suffisent plus à assurer la survie du malade :
-organe vital défaillant
-tissus ou cellules endommagés
. Suivant les cas, le greffon est prélevé sur un donneur vivant ou sur un donneur en état de mort cérébrale.

Une autogreffe est une greffe dans laquelle le greffon provient du patientlui-même.
Une allogreffe (ou homogreffe) est une greffe faite à partir d'un donneur.
Une xénogreffe est une greffe pratiquée entre deux organismes d'espèce différente, par exemple greffe d'un organe d'animal (le cochon) transplantée chez l'homme.

I. Les organes et tissus que l’on peut greffer

1. Ce que l’on peut greffer



L’évolution des techniques médicales a permis dans le temps,de sauver des vies humaines par la greffe d’organes :
En 1955 : 1ère transplantation de rein
En 1956 : 1ère transplantation de moelle osseuse
En 1968 : 1ère transplantation de cœur
En 1972 : 1ère transplantation de foie
En 1976 : 1ère transplantation du pancréas
En 1987 : 1ère transplantation de poumon
En 2005 : 1ère transplantation du visage


2. Evolution du nombrede greffe



II. Conditions de la réussite d’une greffe

1. Compatibilité

C'est la plus ou moins grande similitude biologique des tissus du donneur avec ceux du receveur.
Chaque être humain se définit, par des antigènes réunis en un groupe tissulaire qui lui est propre (Il existe des milliers de groupes tissulaires différents).
On parle encore de groupe HLA (Human Leucocyte Antigen)parce que ces antigènes, spécifiques de l'individu, se localisent à la surface des globules blancs, tout en existant aussi sur l'enveloppe des autres cellules de l'organisme.
Quand le donneur possède le même groupe tissulaire que le receveur ou un groupe très voisin, on dit qu'il y a compatibilité : le greffon est accepté; la greffe réussit.

2. Rejet de la greffe

C'est la destruction, aprèssa reconnaissance, de tout élément étranger pénétrant dans un organisme vivant, par exemple: réaction bénéfique quand il s'agit d'un microbe, mais réaction regrettable quand il s'agit d'une greffe.
Le Greffon est considéré comme un intrus contre lequel les défenses de l’organisme se mobilisent. Alors, la sécrétion d’anticorps et la prolifération de cellules tueuses s’infiltrent et détruisent legreffon.

Il existe 3 types de rejet:

- rejet hyper aigu: Dans les heures qui suivent la transplantation, les vaisseaux irriguant le greffon se détruisent et entraînent la mort de celui-ci.
- rejet aigu cellulaire: Au-delà du 4ème jour de greffe, les lymphocytes, alertés par les antigènes du donneur, se multiplient et détruisent le greffon en l’envahissant.
- rejet chronique: Principalecause d’échec des greffes, il diminue la durée de vie des greffons à cause d’une détérioration des fonctions de l’organe, causé par le manque d’irrigation des vaisseaux dont les parois s’épaississent.

III. Qui peut donner un greffon

1. Qui et comment le faire savoir


Les donneurs d’organes peuvent être des membres de la famille ou des personnes en mort...
tracking img