Dossier formatif moniteur educateur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7219 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER

AUTOBIOGRAPHIQUE

Sommaire

I. Introduction 3
II. Expression de moi 3
1. Introduction 3
2. La lumière 3
3. La matière 6
4. L’ombre 7
5. Conclusion 8
III. Mon projet professionnel au quotidien 9
1. Introduction 9
2. Le Milieu 10
3. Les Méthodes 10
4. Main d’œuvre 11
5. Lesmoyens 13
6. Sujet 14
7. Conclusion 15
IV. Fiche de lecture 16
1. Introduction 16
2. Présentation de « Chapeau ! » de Michèle ROZENFARB 16
3. Contenu de l’ouvrage 17
4. Réflexions sur le thème du livre 18
5. Mes impressions 20
V. Conclusion 21
VI. Bibliographie 22
Introduction

Ce dossier regroupe mon avancépersonnel et professionnel qui résulte de cette première année. Il m’a permis de synthétiser mes savoirs acquis avec les travaux sur l’art plastique et l’expérience du stage. J’ai pu aussi verbaliser mon éthique et mes valeurs dans mes actions au quotidien.

Je suis en cours de reconversion professionnelle. J’ai voulu appliquer les méthodes de travail que j’utilisais en milieu industriellecomme l’organisation, le contrôle qualité et le rendu des résultats.

J’ai organisé mes réflexions sur les trois expériences fortes de ma formation où j’ai pu transposer mon expérience : L’expression de moi à travers les ateliers de créativité, mon projet professionnel à partir de mon expérience du quotidien en stage

Expression de moi

Introduction

L’IRTESS nous proposepour notre formation des ateliers de créativité. Ce sont des espaces de temps présentés comme un moyen d’expression, d’épanouissement, de travail en équipe et de découverte de techniques éducatives par l’art plastique. Ça a été l’occasion de communiquer avec des personnes avec qui je n’avais encore pas eu de contact. A travers les techniques données à chacun d’entre nous, nos objectifs ont été dese laisser aller à être performant et à savoir le reconnaitre. Voici le récit de la compréhension et du cheminement qui s’est opéré en moi. L’élément à savoir dans le dessin est que tout s’articule autour de la lumière, la matière et l’ombre…

La lumière

Au début est le cercle.

Ne pas faire le cercle patatoïde dont on pourrait se contenter pour une tête de Toto, ilfallait réussir un cercle… De la simplicité apparente que cette figure géométrique sans angle pourrait inspirer, c’est dégagé l’évidence de la nécessité de rigueur et de justesse de ma participation à l’atelier arts plastiques.

La découverte de la sensibilité de son œil à la rondeur parfaite a étonné tout le monde. Content de nos cercles, la difficulté de la commande suivante nous fit douter :nous devions prendre une balle de ping-pong blanche et la représenter ! « Mais comment ? Comment représenter un objet blanc sur une feuille blanche ? » De Nadine artiste professionnelle et intervenante militante pour nos intérêts, nous vint la lumière : le secret était dans l’ombre. Nous devions tracer le cercle de notre balle, visualiser la lumière et la retranscrire avec notre mine sur le cansonet laisser faire notre œil pour finir la forme. J’ai eu des difficultés à démarrer le dessin ; la peur de salir la feuille plutôt que d’en tirer quelque chose, une angoisse de la page blanche mais inversé, je ne sais pas par où commencer… « Le premier coup de crayon est crucial, il détermine le centrage, la forme, la réalité du dessin », pensais-je. En fait je me trompais, tout coup de crayonmême le plus abject peut-être arrangé, contourné ou masqué. Dès lors que Nadine nous dit cela, je n’avais plus qu’à me lâcher et me laisser glisser vers ma complexe représentation d’une simple balle de ping-pong.

De cette balle poussa quelque chose, nous devions aller plus loin dans l’interprétation et commencer, avec les bases techniques toutes récentes, à exprimer une forme encore plus...
tracking img