Dossier pduc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1280 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
II. DIAGNOSTIC DE L'UC

I) Emergence du projet.
L'idée du projet vient de la Responsable du magasin qui a envisagé un agrandissement du magasin dans le cadre du changement d’enseigne. JardiCane souhaitant devenir leader à moyen terme sur la zone Est, il était nécessaire d'agrandir la surface de vente de la jardinerie et aussi de l'animalerie car elle était considérés comme un marché d'avenir.C’est dans ce cadre qu’on m’a confié le projet d’améliorer les performances du rayon animalerie.

II) Les méthodes de recueil de l'information.

■Objectif: Identifier le potentiel du marché de la Jardinerie et de l'Animalerie au niveau national.
■Méthodes: Etudes documentaires (sites internet, presse locale, site spécialisé, données INSEE)
■Résultats: On constate que le marché de l'animalde compagnie a augmenté de +3,7% en 2007, le marché de jardin français a augmenté de +3,35%. Ce sont donc en pleine expansion.

■Objectif: Evaluer le positionnement des concurrents.
■Méthodes: Visite client mystère, relevés de prix, étude des dépliants/prospectus des concurrents, études documentaires.
■Résultats: On constate un dynamisme de Vive le jardin qui améliore sa communication locale.Il y a une menace avec les grandes surfaces qui ont une politique de prix moins chère que JardiCane. Les grandes surfaces prennent de plus en plus de parts de marché: elles représentent plus de 56% sur le marché animal (en produits) et 24% du circuit de distribution contrairement aux jardineries qui représentent 4 points de moins.

■Objectif: Evaluer les performances de l'UC.
■Méthodes:Diagnostic d'une famille de produits, entretiens avec la force de vente, données internes de l'UC.
■Résultats: Certaines gammes de produits ne se vendent que rarement voire pas du tout. (ex: ANJU)

■Objectif: Mesurer l'attractivité des rayons.
■Méthodes: Observations directes au sein de l'UC, observation du comportement des clients, méthode des QQOQCPC, entretiens avec la force de vente/fournisseur.■Résultats: Il y a un gros problème: le manque d'espace, manque de théâtralisation de l'offre, mauvaise mise en valeur de l'offre (promotionnelle) qui n’attire pas l'attention des clients (décoration, couleurs, thèmes...)

■Objectif: Evaluer le potentiel de l'offre de l'UC.
■Méthodes: Observation directe au sein de l'UC, visite chez les magasins GAMM VERT, observation directe de l'offre desconcurrents, étude des prospectus, entretien avec le fournisseur COROI.
■Résultats: On constatait un manque de diversité dans l'offre proposée car il y a un vrai manque de place surtout dans l'espace plante. Les GSS proposent les mêmes gammes de produits mais moins chères, ce sont donc une menace.

■Objectif: Evaluer le fonctionnement et l'organisation de l'UC.
■Méthodes: entretien avec laresponsable du magasin, observation directe au sein de l'UC
■Résultats: Malgré un personnel compétent, on constate un manque de personnel dans certains rayons (motoculture, espace plante...)

III) Le diagnostic du rayon animalerie

|FORCES |FAIBLESSES |
|●Des performances en constantprogrès : |●Une surface de vente trop restreinte : |
|Le CA du rayon a augmenté de 20,61% entre 2007 et 2008, atteignant |La surface de l’animalerie ne faisait que 150 à 200 m². Ce qui |
|l’objectif fixé. |représentait une limite à son développement. |
|| |
|●Une gamme distinguée qui crée la différence : La gamme Trainer de |●Une mise en valeur de l’offre à retravailler : |
|Novafood (croquette) s’impose comme l’un des principaux |La théâtralisation de l’offre n’est pas assez...
tracking img