Dossier sur le film comme objet à la fois industiel et artistique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2571 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
«  Them !, objet industrialisé…

Hollywood par définition le bois sacré ou bois magique, ville construite sur une ancienne forêt où croyance païenne et légendes fantastiques se mêlent donnant naissance à l’usine à rêves la mieux huilée au monde!

Them s’inscrit sur la grande liste des films réalisé par Hollywood sous la direction de Gordon Douglas, habitué des films à la chaîne.
Desmontres attaquent la ville de son nom français fut réalisé au moment où le cinéma parlant était devenu incontournable mais où la couleur n’était pas indispensable.
Les conditions de production de ce film répondaient à une commande passée par la Warner Bros Studios pour lequel il travaillait.
La production était limitée à trois jours, et le tournage se déroulait durant la journée, ceci pour laisseraux artistes se produire la nuit dans les clubs ou sur scène.
Devant respecter des normes très strictes, les conditions de productions était calquées sur un modèle industriel, « Le cinéma Hollywoodien a remarquablement et rapidement mis en œuvre les normes fordistes de production »1.

La production prenaient comme modèle la méthode fordiste de division du travail et d’optimisation des coûts, encréant sur commande des films à petit budget et destiné à la distribution de masse.

L’avancée technologique croissante accélérait la production de films par une organisation rationnalisée du travail, une mécanisation, une motorisation…
La concurrence des différents studios et les tendances politiques de l’époque (maccarthysme) favorisent l’industrialisation des processus productifs et labanalisation de l’usage de procédés techniques.

L’organisation du studio, mi atelier, par son étymologie, mi usine de par son organisation, le studio – mécanique de la Warner Bros est la seul des cinq grandes compagnies qui soit restée une entreprise familiale. La stratégie essentielle de la machine Warner est soumise toute entière à un mot d’ordre : produire professionnellement des films à bonmarché.
Warner fonctionne comme une entreprise bien ordonnée et peu ambitieuse, qui cherche (et n’obtient) qu’un profit minimal de chaque film- plutôt que des résultats astronomiques de quelques produits prestigieux.
« Contrairement à MGM, qui fonctionne par unité de production, le studio de Warner Bros évoque plus une chaîne de montage, où l’on tourne des Films comme Ford fabrique desautomobiles »2
C’est de manière délibérée que Warner Bros n’a jamais cherché à produire des  «  champions du box-office », pratiquant les budgets les plus bas du groupe des Big Five.

Lors de la naissance du cinéma sonore, elle se préoccupe surtout d’acheter des salles et de développer ses capacités de production et de distribution.
Economie du cinéma et perspectives stratégiques de LaurentCréton
Hollywood, l’Age d’or des studios, de Douglas Gomery.
Ainsi pour produire il faut des moyens financiers.
Un budget est la prévision chiffrée d'un programme d'action permettant d'atteindre par des moyens définis les objectifs de l'entreprise pendant une période donnée.
Warner Bros envisageait à l’origine de tourner le film en couleurs et en relief, mais les producteurs se ravisèrentfinalement, peu enclin à gonfler le budget qui était d’environ 150000 $ d’un film à l’impact financier incertain.
Tout était commandité par le grand patron Harry Warner aîné de la famille, calculateur et discret il tenait toute la production au creux de sa paume et décidait de la réalisation ou non d’un film, désireux de purger l’industrie hollywoodienne des comploteurs communistes, car selon lacélèbre formule de jack Warner  « Hollywood est infesté de communistes »
La critique sociale (qui avait pourtant fait les beaux jours de Warner durant les années 1930) est désormais bannie. Les intérêts politiques et surtout économiques ont toujours primé, encourageant une production standardisée, consensuelle et conservatrice. Son personnel est surchargé de travail… et sous payé
Harry Warner...
tracking img