Doute

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 59 (14567 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Doute et vérité

Introduction :

Nous commençons à connaitre le monde par l’intermédiaire de notre sensibilité. Les réalités sont d’abord celles de notre existence quotidienne dont nous nous contentons habituellement pour vivre. Nous avons emmagasiné depuis notre enfance une grande quantité d’opinions que nous avons crues vraies et qui se sont révélées incertaines ou fausses. Les opinons sontdes jugements que l’on porte sur des choses ou sur des personnes. Elles sont imprégnées de nos craintes et de nos désirs qui déforment la réalité. Je juge les êtres tels qu’ils m’apparaissent. L’apparence ne réside pas dans ce qui est mais dans ce que je pense de ce qu’y est. Un bâton dans l’eau me parait brisé. Le soleil à deux cents pas me parait immobile. Le lieu de l’apparence c’estl’énonciation, le jugement. Le problème de l’apparence ne fait qu’un avec celui de la vérité. Le philosophe comme l’H de science est aux prises à des réelles difficultés. Si le faux n’avait pas toute l’apparence du vrai, nous laisserions-nous si facilement attraper ? Tomberions-nous si souvent dans les erreurs ? L’ironie veut que rien ne soit plus proche et plus éloigné du vrai que la vraisemblance. Lesophiste, cet export de discours, fait de l’effet, fait d’illusion. Quand il parle, l’apparence confisque la vérité dans un filet que sa transparence rend invisible. Il pourra parler de la justice tout en l’ignorant. Ses propos semblent vrais, bien qu’il ne sache rien de la vérité comme un peintre représente sur sa toile une chaussure qui a tout d’une chaussure alors qu’il serait incapable d’enfabriquer une. L’esprit n’est jamais jeune, il est vieux de tous ces préjugés, on croit savoir alors que l’on ne sait pas. La vérité dont se réclament le philosophe et l’homme de science n’a aucun rapport avec la vie quotidienne. Ne renoncent t-ils pas à une certaine façon de vivre et de penser ? N’y a-t-il pas une rupture entre la connaissance sensible et la connaissance rationnelle ? Ne connait-on pascontre une connaissance antérieure ? Accéder à la vie philosophique est un déchirement, cette rupture marque le commencement de toute pensée. Ne faut-il pas s’arracher aux fausses certitudes de l’opinion, à une conception du vrai et de la connaissance qui laisse tomber dans l’oubli ce qui est vraiment essentiel. La vérité est le lieu de la science et de la philosophie. Le discours philosophiquecomme le langage scientifique est rigoureusement cohérent et à une prétention universelle. La vérité n’est pas contenue dans le monde de mon existence journalière, elle est autre que les choses dont je me sers habituellement. Je dois adopter une autre attitude, une autre posture, il faut opérer une conversion qui est une rupture avec ma manière de penser. Chercher la vérité c’est me comprendre, vivrehumainement en faisant apparaître un au-delà du monde et de moi-même, un horizon qui est la vérité. Chercher la vérité c’est prendre conscience qu’il n’y a pour moi de vérité que si je fais cet effort de vivre humainement en m’arrachant aux faux immédiats, aux faux absolus. Ne faut-il pas refuser le dogmatisme (attitude à rejeter le doute et la critique) et faire preuve de scepticisme ? N’est-cepas le doute qui arrache aux fausses certitudes ? Le doute est l’état d’esprit incertain de la réalité d’un fait de la vérité d’une annonciation, de la conduite à adopter dans une situation particulière. Je n’adhère plus aux choses, je dis non. C’est l’énergie de la pensée qui met à distance ces contenus pour les examiner de manière critique. La négativité est le mouvement de la transcendance dela conscience, le mouvement même du dépassement. Elle s’identifie à l’inquiétude de l’esprit, à l’acte perpétuel et perpétuellement renaissant par lequel la conscience va au-delà d’elle-même. Par la négativité, je m’arrache à mon savoir antérieur et j’établie une rupture avec celui-ci. Le doute manifeste donc la liberté de mon esprit qui n’est plus emprisonné par les opinions. Mais faut-il...
tracking img