Dracula 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2234 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Chapitre I est tiré des articles du 3 mai et 5 mai du Journal de Jonathan Harker, en voyage d'affaires en Europe de l'Est, qui décrit son périple à travers l'une des régions les plus isolées de l'Europe. Il part à la rencontre d’un noble de Transylvanie, le Comte Dracula. On apprend, grâce au titre de l'article du journal de Jonathan, que ce dernier écrit depuis Bistritz (Bistriţa) (dans cequi est aujourd'hui la Roumanie). Deux jours avant, il était à Munich ; la veille, à Vienne. À mesure qu'il s'aventure vers l'Est, le pays devient plus sauvage et moins moderne. Jonathan Harker rapporte ses observations du peuple et de la campagne, de leurs costume et coutumes. Au vieil hôtel démodé de Bistritz où il séjourne avant la dernière étape du voyage, une lettre de Dracula l'attend.Jonathan se repose avant de partir, le lendemain, pour le col de Borgo (col de Tihuţa), où l'attendra la voiture du comte.

Le propriétaire de l'hôtel et son épouse sont visiblement affligés par les intentions de Jonathan de vouloir aller au château de Dracula. Bien qu'ils ne puissent comprendre leurs langues respectives et doivent communiquer en allemand, l'aubergiste essaye passivement d'arrêterJonathan en feignant de ne pas comprendre ce qu'il dit. Son épouse essaye plus agressivement de dissuader Jonathan, l'avertissant que le lendemain est le jour de Saint-Georges et qu'à la veille de la Saint-Georges, à minuit, le Mal est à son apogée. Quand il insiste sur son devoir professionnel, elle lui offre son crucifix, que ce dernier refuse dans un premier temps (car il est de religion anglicane,et y voit de l'idolâtrie), avant d'accepter le présent.

Avant que Jonathan ne parte, il remarque qu'un certain nombre des paysans l'observent avec appréhension. Bien qu'il ne puisse pas comprendre beaucoup de leur discussion, il discerne des mots tels que "Satan" ["ordog"], "Sorcière" ["stregoïca"], "Enfer" ["pokol"], "Loup-garou" ["vrolok"] et "Vampire" ["vlkoslak"] (ces deux derniers termess'inspirent visiblement des superstitions balkaniques au sujet des Vrykolakas). Les paysans lui font le signe de la croix pour le protéger du "Mauvais Œil". Sur le trajet de la diligence, ses compagnons de voyage, en apprenant où il va, le traitent avec la même sorte de sympathie préoccupée, lui donnant des cadeaux et le protégeant avec des charmes.

Le trajet se déroule dans un beau et sauvagepaysage. Le cocher parvient au col de Borgo avec une heure de retard et dans le plus mauvais allemand, il essaye alors de convaincre Jonathan que le cocher de Dracula pourrait ne pas venir ce soir et qu'il devrait poursuivre avec le reste des voyageurs jusqu'à Bucovine. À ce moment, un cocher au regard effrayant arrive sur une calèche tirée par « quatre chevaux [...] splendides, d'un noir decharbon ». Un des voyageurs murmure alors à son voisin, un vers de Leonore de Burger (« Car les morts vont vite... » [« Denn die Toten reiten schnell... »]), que le nouveau venu entend et appuie d'un sourire étrange qui fait peur au ledit voyageur qui se détourne en faisant le signe de croix. Le cocher fait alors passer les valises de Jonathan de la diligence à la calèche.

La dernière partie duvoyage est terrifiante. La lune est claire, mais parfois obscurcie par des nuages et des flammes bleues étranges, et des loups apparaissent le long du chemin. À plusieurs reprises, le cocher quitte la voiture, et alors les loups se rapprochent de plus en plus. Chaque fois que ce dernier revient, les loups fuient et la dernière fois que ce phénomène se produit, il semble que les loups fuient surl'ordre du conducteur lui-même. Le chapitre se termine sur l'apparition du château de Dracula, ses remparts en ruine se coupant en dents de scie contre le ciel de nuit.

Résumé Chapitre 2

Tiré des articles du 5, 7 et 8 mai du Journal de Jonathan Harker. Jonathan est déposé au grand Château de Dracula, où il est accueilli par le Comte lui-même. Le comte est « un grand vieillard, rasé de frais, si...
tracking img