Drog

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA DROGUE EN AFRIQUE : UN PROBLEME MONDIAL

La drogue est désormais un problème en Afrique et représente un obstacle supplémentaire du développement du continent. C’est ce qu’affirment plusieurs organismes internationaux chargés de la lutte contre le trafic de stupéfiants. Déjà en 2001 un rapport de l’Organe international de contrôle des drogues affirmait que « Grâce à leur expérience dans ledomaine de la contrebande de haschich et d’héroïne, les cartels de la drogue de l’Afrique occidental cherchaient de nouveaux contacts en Amérique Latine pour étendre le trafic de la cocaïne à toute la région de l’Afrique sub-saharienne ».
Il s’agit d’un tournant fondamental dans la stratégie du trafic de narcotiques mondial, qui voit l’Afrique devenir une région « pivot » pour la distribution dedrogues dans le monde entier. Jusqu’au début des années 90 du siècle dernier, l’Afrique était tenue en marge des routes de la drogue. Le tournant arriva en 1993, quand furent saisis au Nigeria 300 kg d’héroïne provenant de la Thaïlande. C’est le signal d’un changement qui voit la transformation de nombreux petits contrebandiers africains (pour la plupart nigériens) de simples transporteurs pour lecompte de tiers, en membres de gang ayant à leur tête des africains, en mesure de traiter d’égal à égal avec des organisations analogues à celles d’autres continents.
La présence de ces organisations criminelles, la forte urbanisation, la perte des valeurs traditionnelles africaines, la diffusion d’une culture hédoniste sont autant de facteurs qui ont créé les prémices pour un marché africainde la drogue. L’Afrique n’est donc plus seulement un lieu de transit des stupéfiants mais aussi un terrain « vierge » pour l’espace de la drogue.

PREMICES METHODOLOGIQUES
Les données présentées sont utiles pour analyser la tendance (accroissement ou décroissement) du trafic de stupéfiants, même si elles sont très probablement approximatives par défaut.
Selon une étude critique effectuée parl’association Libera de Don Ciotti, les données présentées par les organismes antidrogues internationaux et de certains états ne rapportent pas en effet fidèlement l’entière production mondiale de cocaïne. Selon cette étude (se référant seulement à la cocaïne et non à d’autres drogues), il y a une discordance entre l’estimation sur la production mondiale de cocaïne effectuée par l’ONU et les donnéesrelatives aux saisies et à la consommation de cocaïne sur les sols américains.
Selon les rédacteurs du rapport, en effet, en soustrayant des 937 tonnes de production proposées par les Nations Unies pour 2004, environ les 450 consommées au total aux Etats-Unis, au Canada, au Mexique et dans toute l’Amérique du Sud et environ les 490 tonnes saisies dans toutes les Amériques, on arriverait à unsolde négative de 3 tonnes.
« A ce point, on ne saurait plus d’où soustraire environ les 99 tonnes de cocaïne saisies dans le « reste du monde » affirme le rapport. En le faisant, on arriverait au solde négatif paradoxal de 102 tonnes de cocaïne « manquante », et n’ayant pas encore fait face à la demande de cocaïne dans le « reste du monde », estimée à au moins 300 tonnes, on arrive à pouvoircalculer une sorte de trou noir d’environ 400 tonnes de cocaïne manquante.
Ce trou noir prend des proportions encore plus macroscopiques, environ700 tonnes, si on calcule sur la base des données de l’Agence antidrogue américaine.
Malgré leurs limites, les rapports des organismes internationaux pour la lutte contre la drogue restent souvent les uniques instruments pour analyser le phénomène dutrafic de narcotique;

L’HEROÏNE EN AFRIQUE
Les saisies d’opiacées en Afrique ont enregistré une augmentation ces dernières années. Selon des données ONU par exemple 2004 on est arrivé à une augmentation de la saisie d’héroïne de 60% par rapport à l’année précédente.
La plus grande partie de cette augmentation est due aux saisies ayant eu lieu en Afrique centrale et occidentale qui ont plus...
tracking img