Droit civil

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1649 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cour de cassation, chambre civile,
1er novembre 1981

Un musulman d’Algérie avait perdu la nationalité française à la suite de l’indépendance de ce pays, faute d’avoir souscrit à l’époque la déclaration qui lui eût permis de la conserver. Ayant par la suite épousé une Française et vivant en France, il souhaitait reprendre la nationalité française. Mais comme son mariage était antérieur à laloi du 9 janvier 1973 il ne pouvait bénéficier de l’article 37-1 du code de la nationalité qui permet au mari étranger d’une femme française d’acquérir la nationalité française par simple déclaration. Les époux ont donc imaginé de divorcer par consentement mutuel pour se remarier entre eux et se prévaloir de l’article 37-1. Mais le ministre de la population refusa d’enregistrer la déclaration enarguant que le divorce des époux et leur remariage n’étaient qu’un simulacre tendant à faire fraude aux règles légales sur l’acquisition de la nationalité.
Mr Taleb forma contre ce refus devant le TGI un recours. De son côté le Ministère public formait une tierce opposition contre le jugement de divorce. Il demandait la rétractation de ce jugement et par voie de conséquence l’annulation dunouveau mariage, comme contracté entre deux personnes déjà mariées entre elles. Le TGI de saint Etienne avait rejeté les demandes du Ministère public et accueilli le recours de M. Taleb contre le refus d’enregistrement de sa déclaration. Le Ministère public avait fait appel de ce jugement et la Cour d’appel de Lyon avait rendu un arrêt de confirmation. Le Procureur général s’était pourvu en cassation.Le premier moyen portait sur la tierce opposition du Ministère public contre le jugement de divorce. Le second moyen portait sur recours de l’intéressé contre le refus d’enregistrement de sa déclaration. Il tendait à défaut d’annulation du mariage à faire juger que ce mariage ne pouvait, en raison de la fraude, produire son effet acquisitif et que le refus d’enregistrement se trouvait ainsijustifié.
L’acquisition de la nationalité française par remariage de deux ex-époux est-elle possible ?
La Cour de cassation casse l’arrêt de la Cour d’appel de Lyon sur le second moyen et renvoie devant la cour d’appel de Grenoble. Elle énonce que « la décision de divorce prononcée sur la demande conjointe des époux ne pouvait pas être annulée, sur demande du Ministère public en raison des mobilesqui avaient pu inspirer le consentement des époux ». Mais la Cour de cassation accueille le second moyen du pourvoi en énonçant que l’article 37-1 du Code de la nationalité « ne peut être appliqué lorsque les époux ne se sont prêtés à la cérémonie du mariage qu’en vue d’atteindre un résultat étranger à l’union matrimoniale ».

I- La nullité des mariages fictifs

A- Le consentement au mariageLe consentement au mariage est une condition essentielle de validité de celui-ci. Le mariage est l'union volontaire de deux personnes. La volonté de chacune d'elles est donc toujours exigée. Ainsi l'article 146 du Code civil énonce qu'il n'y a pas mariage lorsqu'il n'y a point de consentement. Mais que faut-il entendre par consentement au mariage ? Il constitue l’essence même du mariage :c’est l’adhésion des deux volontés à une vie conjugale telle qu’elle est organisée par la loi. Il s'agit selon la jurisprudence de la volonté d'entrer dans l'institution matrimoniale. En d'autres termes, c'est l'intention de fonder un foyer qui est recherchée par les juges lorsqu'ils essayent de constater l'existence ou non du consentement des époux au mariage. Néanmoins que se passent-ils si lesépoux recherchent une des conséquences du mariage à l'exclusion des autres ? En l'espèce, les époux s'étaient mariés afin que l’époux puisse acquérir la nationalité française.
Si le consentement doit exister, il doit également être sérieux. Cette exigence condamne le mariage simulé ou fictif. Le mariage simulé est celui qui est conclu dans le seul but d'obtenir une des conséquences attachées au...
tracking img