Droit de la concurrence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1575 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]
M. PHILIPPE BRUSICK, ANCIEN DIRECTEUR DE LA CONCURRENCE A LA CNUCED :
« Les pratiques anticoncurrentielles sont un des principaux freins au développement »
penthionet.com
samedi 14 août 2010
Les pratiques anticoncurrentielles constituent presque un sport favori au Sénégal, malgré le dispositif réglementaire mis en place pour limiter les dégâts. A cela s’ajoute la contradiction quiexiste entre les textes nationaux et communautaires. Ce phénomène impacte lourdement sur l’économie nationale. Une thèse confirmée par l’ancien directeur de la concurrence à la Cnuced, M. Philippe Brusick. C’était en marge d’une réunion que le Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) et le Consumer Unity & Trust society (Cuts International) ont tenue en avril dernier à Dakar

Quereprésentent aujourd’hui les pratiques concurrentielles dans l’économie mondiale ?
Avec les pratiques anticoncurrentielles, on se rend compte, aujourd’hui, plus que jamais qu’elles ont une importance capitale, non seulement dans l’état de l’économie mondiale mais aussi dans la croissance économique et aussi dans le niveau de répartition des revenues des populations. Donc, la question des pratiquesanticoncurrentielles est la base de toute l’économie. C’est peut-être une des raisons principales de pauvreté dans certaines régions alors que d’autres parties du monde sont favorisées. Je pense que les pratiques anticoncurrentielles sont un des principaux freins au développement.
Quel est l’impact que ces pratiques peuvent avoir sur des pays dont l’économie est faible, comme le Sénégal ?
C’esttrès simple. Si vous avez des pays où les entreprises sont fortes par rapport à des pays où les entreprises sont moins fortes. L’Afrique, en général, jusqu’à présent, est parmi les plus faibles puisse que vous avez des pays très pauvres et des pays qui ont un revenu par tête d’habitant qui est parmi les plus faibes au monde notamment les Pays les moins avancés (Pma). Alors, les pratiquesanticoncurrentielles sont des pratiques qui renforcent la position des forts et qui affaiblissement la pratique des faibles. Si on continue à accepter l’existence de pratiques anticoncurrentielles, on va continuer à exploiter les pauvres, à exploiter les plus faibles et à pénaliser les entreprises et les Etats qui ont des économies faibles par rapport aux forts.
Pour cela, je peux vous donner deuxexemples : les principales pratiques anticoncurrentielles, c’est d’une part les ententes entre concurrents qu’on appelle communément des cartels qui leur permettent d’éviter de se concurrencer. Donc imaginer des entreprises très puissantes, dans un domaine particulier, au lieu de se concurrencer entre elles et de fournir des biens et des services à des prix concurrentiels, elles vont monopoliser lemarché pour fixer des conditions les plus extrêmes possibles pour qu’elles gagnent plus d’argent au détriment des consommateurs et des usagers les plus faibles. En Afrique, ça veut dire que les plus forts qui sont généralement les multinationales vont pouvoir se mettre ensemble pour exploiter les consommateurs africains et les entreprises et Etats africains qui utilisent les biens et services de cesgrandes entreprises.
Deuxième cas de figure très important ou type de pratiques anticoncurrentielles, c’est ce qu’on appelle les abus de position dominante. Or les positions dominantes c’est des entreprises qui sont assez grandes sur le marché pour être dominante sur le marché, en fait, pour être comme des monopoles mais toutes seules. C’est-à-dire pour être en mesure d’imposer les prix et lesconditions qu’ils désirent pour leur propre bénéfice sur le marché. Or, de nouveau dans cette idée de comparer l’Afrique avec le reste du monde, qui est ce qui sont les entreprises les plus grandes et les plus fortes, ce n’est pas les Africains. Donc les plus grandes entreprises sont capables d’exploiter leur position dominante sur le marché africain pour abuser de cette position dominante en...
tracking img