Droit de la famille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1352 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 
  Pourquoi
 le
 droit
 positif
 doit-­il
 prévoir
 des
 droits
 en
 faveur
 des
 couples
 non
 mariés
 ?
 
 
 
 

Introduction.
 


  Depuis
 l’aube
 des
 temps
 et
 jusqu’à
 peu
 encore,
 la
 société
 s’est
 bornée
 à
 défendre
 un
 seul
  modèle
 d’union
 :
 le mariage.
 Pourtant,
 il
 ne
 faut
 pas
 ignorer
 qu’un
 couple
 est
 uni
 de
 par
  sa
  seule
  définition.
  Sous
  le
  premier
  Empire,
  et
  au
  moment
  de
  la
  rédaction
  de
  notre
  Code
  civil,
  Bonaparte
  déclarait
 :
  «
 Les
  concubins
  se
  passent
  de
  la  loi,
  la
  loi
  se
  désintéresse
  d’eux
 ».
  Cette
  phrase
  illustre
  bien
  l’indifférence
  du
  législateur
  à
  l’égard
  du
  concubinage
  qui
  perdurera
 tout
 au
 long
 du
 XIXème
 siècle.
 
  A
  contrario,
  le
  XXème
  siècle
  va
  marquer
  un
  tournant
  dans  la
  législation
  avec
  la
  reconnaissance
 du
 statut
 de
 concubinage
 et
 la
 création
 d’un
 contrat
 d’union
 civil.
 Suite
 à
  l’affirmation
  d’une
  prise
  de
  conscience
  de
  la
  part
  de
  la
  population
  et
  à
  l’évolution
  naturelle
 des
 mœurs,
 le
 droit positif
 va
 prendre
 sous
 son
 aile
 le
 couple
 non
 marié
 afin
 de
  lui
 garantir
 sans
 cesse
 de
 nouveaux
 droits
 et
 de
 diminuer
 les
 inégalités
 entre
 les
 couples.
  Ceci
 indique
 aussi
 bien
 une
 volonté
 du
 législateur
 mais
 aussi
 de
 la
 jurisprudence
 ou de
 la
  doctrine.
 
 
  Dans
  un
  premier
  temps,
  nous
  verrons
  la
  nécessité
  de
  remédier
  à
  une
  insécurité
  juridique
 (I)
 et
 dans
 un
 second
 temps,
 la
 place
 prédominante
 du
 mariage
 dans
 le
 rapport
  des
 couples
 non
 mariés
 au
 droit
 (II). 
 
 
 
 
 
 

I
 –
 Une
 insécurité
 juridique
 dangereuse.
 


  L’existence
  d’un
  concubinage
  implique
  stricto
  sensu
  une
  communauté
  de
  vie
  avec
  des
  intérêts
 matériels.
 Contrairement
 aux
 couples
 mariés,
 les
 concubins
 ne
 sont
 pas
 soumis
  à un
 régime
 matrimonial
 de
 sorte
 qu’aucune
 règle
 ne
 vient
 fixer
 la
 gestion
 des
 biens.
 
 En
  pratique,
 la
 jurisprudence
 parvient
 à
 corriger
 les
 situations
 inéquitables.
  Il
  convient
  de
  distinguer
  ici
  selon
  qu’il
  s’agit
  des
  rapports
  patrimoniaux
  entre  concubins
  (A)
 ou
 des
 rapports
 avec
 les
 tiers
 (B).
 
 
  A
 –
 Les
 rapports
 patrimoniaux
 entre
 concubins.
  Ces
 rapports
 ne
 vont
 poser
 problème
 qu’en
 cas
 de
 contentieux.
 A
 ce
 moment
 là,
 la
 liberté
  qui
 prévalait
 dans
 la
 relation
 va laisser
 place
 à
 une
 totale
 insécurité
 juridique
 qui
 n’est
  que
 la
 contrepartie
 de
 l’absence
 d’engagement
 formel.
  La
 jurisprudence
 va
 trouver
 plusieurs
 solutions
 pour
 parvenir
 à
 réparer
 les
 préjudices
  subis.
  Ainsi,
  un
  concubin
  peut
  invoquer
  le
 ...
tracking img