Droit des femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1168 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PREPA
COURS DE SAMEDI 13 MARS
THEME DE DEBAT : LES DROITS DES FEMMES
La journée internationale de la femme a été célébrée, lundi 8 mars, pour la centième fois. Lancée en 1910 par des militantes de l’Internationale socialiste, cette journée particulière est devenue un rdv universel, officialisé par l’ONU. Voici un état des lieux sur la situation des femmes.
Dans le monde
L’ONUenvisage de créer une agence spécialisée pour donner plus de cohérence à son action en faveur des droits des femmes. Mais les pays du Sud sont réticents et le projet tarde à se concrétiser.
Le 8 mars, à l’occasion de la 54ème assemblée de la commission de l’ONU sur le statut de la femme, qui réunit quelque 2000 femmes et des centaines d’ONG du monde entier, à NY, le secrétaire général, Ban Ki-Moona du se contenter d’une simple déclaration. Bien que les Nations unies ont déjà franchi le cap en adoptant, en septembre 09, le principe de création d’une telle agence qui serait dirigé par une personnalité ayant un rang de secrétaire général adjoint, ce projet tarde à se mettre en place. Car de nombreux organes qui existent déjà développent aussi des programmes qui ciblent les femmes. De plus,cette agence devrait être dirigée par une personnalité au poids politique incontestable pour que la voix des femmes soient entendue (le nom de l’ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet a été avancé).
Mais les choses avances : un rapport de janvier, a défini les contours de la future organisation. Celle-ci serait dotée de 500 millions de dollars, dont 375 millions par des contributionsvolontaires des pays donateurs.
Mais des blocages existent : une partie du retard s’explique pour des raisons de fond et sur les craintes politiques que peut susciter la perspective d’une telle agence, dans les pays du Sud : refus de se voir imposer des priorités, de voir s’exercer des pressions sur leurs gouvernements.
Dans les institutions françaises
Du Parlement au cabinet de l’Elysée enpassant par les académies, les hommes restent largement majoritaires.
A l’Elysée, alors que Nicolas Sarkozy avait mis en avant, au début de son mandat, des femmes politiques (Christine Lagarde, Rama Yade ou encore Rachida Dati), ses proches collaborateurs ne sont que des hommes. Plus récemment, il a mis sa patte dans le quatuor ministériel qui mène la campagne UMP pour les élections régionalesen Ile-de-France : la tête de liste, Valérie Pécresse, est alliée avec Chantal Jouanno, Nathalie Kosciusko-Morizet et Rama Yade. Derrière cette vitrine féminine, se cache en fait un univers d’homme : l’équipe resserrée du président est composée que d’hommes. Parmi les 50 personnes qui forment le cabinet du président officiel du président ne figurent que 6 femmes. Concernant les nominations,Nicolas Sarkozy préfère l’ouverture à gauche à la féminisation. Didier Migaud, le socialiste, a été ainsi choisi pour succéder à la présidence de la Cour des comptes alors qu’il aurait pu promouvoir une candidature interne.
Le Conseil constitutionnel ne compte plus qu’une seule femme, la juriste Jacqueline de Guillenchmidt. Les trois nouveaux entrants, choisis par les présidents de la République, del’Assemblée nationale et du Sénat, sont des hommes (le mitterrandien Michel Charasse, 69 ans, l’ancien commissaire européen Jacques Barrot, 73 ans et le sénateur Hubert Haenel, 67 ans). Tous ont été préférés à des femmes.
Dans les entreprises publiques, la présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac n’a pas été renouvelée alors que la patronne d’Areva, Anne Lauvergeon est sur la sellette.
Lasituation est meilleure au gouvernement mais le chef de l’Etat n’a pas tenu ses engagements : il avait alors promis un gouvernement paritaire composé de 15 ministres. L’équipe de François Fillon se compose de 20 ministres mais seulement un quart de femmes : Michelle Alliot-Marie (justice), Christine Lagarde (économie), Valérie Pécresse (recherche et enseignement supérieur), Roslyne Bachelot (santé)...
tracking img