Droit des societes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 103 (25577 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Droit des sociétés Par Stéphanie CHRETIEN, Docteur en droit Introduction. Les raisons du recours à la forme sociétaire 1. La notion de société Définition. Qu’est-ce que le droit des sociétés ? C’est l’ensemble des règles applicables aux sociétés. Réponse pour le moins évidente, mais qui laisse encore dans l’ombre la partie la plus importante de ce cours : la notion de société. D’où la questionfondamentale : qu’est-ce qu’une société ? La réponse est donnée par l’article 1832 du Code civil : « La société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d’affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue d’en partager le bénéfice ou de profiter de l’économie qui pourra en résulter. Elle peut être instituée, dans les cas prévus par la loi, parl’acte de volonté d’une seule personne. Les associés s’engagent à contribuer aux pertes » Ce texte nous apprend une première chose : la société peut être pluripersonnelle ou unipersonnelle. Il convient de noter qu’au départ la société était pluripersonnelle. C’est qu’il est difficile de contracter avec soimême. Aujourd’hui encore, et le texte précité le démontre, la société pluripersonnelle reste lemodèle de droit commun et, statistiquement, le plus répandu. On aura donc compris que ce n’est que par exception, lorsque la loi l’autorise, que la société peut être instituée par l’acte de volonté d’une seule personne. Pendant de nombreuses années, seule L’EURL, créée par une loi du 11 juillet 1985, a correspondu à ce modèle. Actuellement, outre l’EURL, peuvent être instituées par une seulepersonne : la SEL (société d’exercice libéral), la SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) et l’EUSRL (entreprise unipersonnelle sportive à responsabilité limitée). Les sociétés sont de formes et de dimensions très variables, pouvant comprendre aussi bien deux associés dans une SARL, dont l’un détient la quasi-totalité des parts sociales, que plusieurs millions d’actionnaires. Leur poidsdans la vie économique est beaucoup plus important que celui des entreprises individuelles qui sont pourtant plus nombreuses ; et les sociétés anonymes, près de six fois moins nombreuses que les SARL, réalisent un chiffre d’affaires six fois supérieur. Société et entreprise. La société doit d’emblée être distinguée de la notion d’entreprise, avec laquelle elle est trop souvent confondue, que cesoit dans le langage courant ou dans les textes légaux ou réglementaires. Une telle assertion se vérifie surtout en Droit du travail où le législateur, sans

1

craindre la confusion, emploie indifféremment l’une ou l’autre. Mais le droit des sociétés, ou plus largement le droit commercial, n’échappe pas à cette critique. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, la grande loi du 26 juillet 2005est-elle intitulée loi de « sauvegarde des entreprises ». Mais il est vrai que l’on essaie de sauver d’abord l’emploi. Or, et l’on y reviendra, les salariés ne sont pas dans la société, ils sont dans l’entreprise. Pour en revenir à la nécessaire distinction de la société et de l’entreprise et sans rentrer dans le détail d’un problème qui exigerait de longs développements, on peut affirmer que lesdeux notions ne sont pas de même nature. L’entreprise est une notion économique et peut être définie « comme un ensemble cohérent de moyens humains et matériels regroupés en vue de l’exercice d’une activité régulière participant à la production ou à la circulation de richesses ». La société est quant à elle une notion juridique impliquant en principe l’attribution de la personnalité au groupementconsidéré. Or, le droit fait peu de place à l’entreprise et en tout cas n’accepte de la personnifier que dans la mesure où elle se coule dans le moule juridique d’une personne morale reconnue par lui. L’entreprise, considérée en elle-même, n’est donc pas une personne mais elle peut le devenir, spécialement en revêtant la forme d’une société, de sorte que celle-ci apparaît dans bien des cas comme...
tracking img