Droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1402 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Droit et la Morale

Introduction :
On nous demande ici de nous interroger sur les rapports qu’entretiennent les notions de Droit et de Morale. Il semble alors nécessaire de s’attacher à la relation qui rapproche ou éloigne ces deux notions.
Le droit peut tout d’abord se définir au sens large comme étant l’ensemble des règles qui ordonnent la vie de groupes humains en société. Ils’exprime le plus souvent dans des injonctions, ou des interdictions, provenant d’une autorité reconnue par ce groupe, ou qui s’est imposée à lui et qu’il doit supporter. Ce sont ces injonctions que l’on désigne d’une façon globale par le terme de « loi ». La morale, quand à elle, peut être définit comme étant l’ensemble de doctrines, de règles de conduite, de relations sociales qu'une société se donneet qui varient selon la culture, les croyances, les conditions de vie et les besoins de la société.
La conduite Humaine met donc en jeu ds normes qui prescrivent, autorisent ou interdisent des actions. Ces normes peuvent êtres morales, juridiques, coutumières et l’on a souvent tendance à les confondre les unes aux autres d’autant plus qu‘elles ont parfois le même contenu.
Cependant, nousn’aurions pas à nous interroger sur les rapports qu’entretiennent ces deux notions s’ils n’étaient pas de nature différente. Et d’un autre côté, nous ne pouvons nier l’évidence d’une certaine relation de « complémentarité » entre ces deux notions, nécessaire au bon fonctionnement de la vie des Hommes en société.
Ceci dit, nous sommes désormais en droit de nous poser la question suivante: Touten étant différentes l’une de l’autre, peuvent elles avoir des champs d'action communs?
Nous commencerons tout d’abord par nous intéresser à ce qui distingue le droit de la morale, puis nous examinerons les raisons pour lesquelles le droit et la morale sont finalement des notions complémentaires.
Et enfin nous verrons que, si le droit ne peut se confondre avec la morale, il ne peut s’endésintéresser totalement d’autant plus qu’ils ont un objectif commun: Régir les comportements des Hommes vivant en société. Ainsi, au droit aprioris indépendant (I) de la morale répond un droit finalement dépendant de celle-ci (II).

I/ Le droit, indépendant de la morale :
Le droit et la morale sont deux notions qui tendent à appliquer des règles de conduite aux Hommes dans leur vie en société.Cependant, le droit et la morale se distingue dans la manière de les appliquer. En effet, le droit se distingue de la morale de par tout d’abord son caractère obligatoire (A) mais également de par la forme et la finalité de ces règles (B).

A/ Le caractère obligatoire de la règle de droit :
- Le jugement :
- La règle de droit ne découle pas toujours de la règle morale, et peut parfois mêmealler à l’encontre de
celle-ci (Ex: Lois sur le divorce, l’avortement, la contraception…).la morale juge l'intention, la loi juge
l'action.

- La sanction :
- La règle de droit est sanctionnée par un juge (sanction extérieur) tandis que la règle morale est
sanctionnée par le groupe mais surtout par l'individu lui-même (sanction intérieure).

- Le caractèrecoercitif :
- L’application de la règle de droit est soumise à des formes et à des contraintes qui s’imposent au juge.
Tandis que la règle morale est libre. Ce caractère coercitif du droit s’oppose à la notion d’éducation
transmise au travers de la morale.
B/ La forme et la finalité de la règle de droit :
- La rigueur de la règle de droit s’oppose à la souplesse de la règlemorale.

- Le droit à comme vocation d’organiser la société et s’adresse à tous les membres d’une société sans
qu’il n’y est de distinction d’aucune sorte. La morale quand à elle vise plus particulièrement l’individu
(Ex: La règle morale tend à perfectionner l’individu, la règle religieuse tend à obtenir le salut de
l’individu…).

- La règle de droit est le plus souvent...
tracking img