Droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 61 (15143 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
ECONOMIE POLITIQUE 1

Introduction : Objet et méthode de l’économie politique

Le terme économie politique apparait au XVIIIème siècle avec les Pères de l’économie politique ou science économique (Aristote), économique ( à partir du XXème siècle Machall), dont l’économiste Britannique Adam Smith (économiste classique).

Economie : Satisfaire un certain nombre de besoins enfonction de ressources rares (approche Néoclassique). Créer et répartir les richesses (approche Keynésienne). L’économie comme toutes les sciences humaines et sociales a pour objectif d’étudier les causes et conséquences des comportements humains.

Tous les agents économiques ont un certain nombre de besoins à satisfaire mais pour les satisfaire les ressources sont limitées : « ressources rares ».(L’ensemble des besoins ne sont donc pas satisfaits : il est donc nécessaire de faire des choix. Que ce soit pour le consommateur dans le choix de ses produits, ou de l’entreprise dans le choix de sa production = Problème de l’allocation des ressources .

D’autres économistes vont mettre l’accent sur l’accroissement et la répartition des richesses, de la croissance= Problème de répartition .L’économie politique doit apporter une démarche scientifique : (Popper) proposition qui est réfutable que l’on peut confronter à des faits économiques. Si les faits démontrent qu’une hypothèse est fausse on va en chercher une autre. Si les faits vérifient une hypothèse ce n’est pas pour autant qu’elle est vraie mais pour le moment qu’elle n’est pas réfutable.

Une démarche scientifiquepeut s’appuyer sur une démarche positive : expliquer pourquoi les comportements sont ainsi (Courant Néoclassique).

démarche normative : chercher à définir ce que les comportements devraient être (Keynes, Marx, courant Classique).

( Pour les économistes Keynésiens, Marxistes et Classique, l’économie est une science où interviennent les jugements de valeur donc il n’y a plus deneutralité de l’économie.

La seule finalité de l’économie est l’accroissement du bien être des individus : satisfaction des besoins matériels et immatériels.

Les comportements économiques dépendent de l’histoire, sociologie, philosophie, psychologie, …

Chapitre 1 : Les fondements théoriques de l’économie politique

Section 1 : Les précurseurs

• D’Aristote àSaint Thomas d’Aquin : La condamnation du gain

Aristote et plus généralement la communauté Grecque va s’intéresser à la science économique. Le bonheur est la finalité 1ère pour Aristote, qui doit être atteint par la pensée, le plaisir, les honneurs (différent des utilitaristes) et également certains objets matériels. Néanmoins, il considère que c’est la finalité de l’échange qui vaengendrer ou non du bonheur.

2types d’échanges :

- Ceux tournés vers la satisfaction di bonheur

- La chrématistique : condamnée par Aristote car réalisée pour s’enrichir personnellement au détriment d’autrui

Cette pensée va connaitre une longue éclipse et va retrouver une affluence importante à partir du XIIIème siècle, période où l’Eglise Catholique est très importante etdéfini une doctrine économique et sociale directement inspirée de la pensée d’Aristote

( Doctrine : La suspicion qui entoure la propriété individuelle et les notions de gain.

Pour les scolastiques et St Thomas D’Aquin (Eglise), la propriété privée est licite car on fait plus attention à ce qui nous appartient. Mais cette perspective de gains introduit la cupidité et les individus vont segrandirent dans l’acte de charité et non d’enrichissement. Pour réconcilier le commerce et la morale, l’échange ne doit pas conduire à un profit : le prêt à intérêt est donc condamné.

Cette analyse et de nouveau d’actualité avec l’économie islamique.

• Les Mercantilistes

Les Mercantilistes vont se développer au cour du XVIème et XVIIème siècle avec la découverte de...
tracking img