Du bellay - sonnet 31

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1107 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Regrets, Joachim du Bellay (1558)

31

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
Ou comme celui-là qui conquit la Toison,
Et puis est retourné plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, eten quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup d’avantage ?

Plus me plaît le séjour qu’on bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plait l’ardoise fine,

Plus mon Loire gaulis que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré que lemont Palatin,
Et plus que l’air marin la douceur angevine.

Joachim du Bellay, Les Regrets (1558)

Les Regrets.

( Angevine : d’Anjou ( anciennement le Maine et Loire
( Elégiaque : deuil, tristesse
( Le pas sur : domine, mis en supériorité
( Lyrisme : expression exaltée des sentiments
( Hiatus : cumul de voyelles

DU BELLAY:

Joachim du Bellay naît àLiré, en Anjou, en 1522. Son enfance, dans la bourgeoisie (son cousin est comte du Piémont) se passe heureusement, au contact de la nature. C'est à la faculté de droit, à Poitiers, que du Bellay rencontre Pierre de Ronsard, qu'il suivra au collège de Coqueret. C'est là, sous l'influence de son professeur de grec, Jean Dorat, qu'ils décideront de former un groupe de poètes appelé la Pléiade. JacquesPelletier du Mans les accompagne dans leur choix du français. Du Bellay écrit alors une thèse : Défense et illustration de la langue française. En effet, l'objectif de la Pléiade est de créer des chefs d'œuvres en français aussi bons que ceux des latins et des grecs (objectifs parfaitement en accord avec François 1er, qui souhaite donner des lettres de noblesse au français. Plus tard, la Brigade setransformera en Pléiade avec l'arrivée de quatre nouveaux membres : Rémi Belleau, Etienne Jodelle, Pontus de Tyard et Jean-Antoine Baïf. Son premier recueil de sonnets, L'Olive imite le style de l'italien Pétrarque. Plus tard, du Bellay ne quittera la France que pour accompagner son oncle (un évêque), à la cour pontificale, à Rome. Il attendait avec impatience de découvrir Rome et la cultureantique... Cruelle déception. Comme secrétaire de son oncle, du Bellay vivra une vie d'ennui, loin de la liberté qu'il espérait, il se retrouve aux beau milieu des intrigues de la cour du Pape. Il écrira là-bas Les Regrets, où il critiquera la vie romaine et exprimera son envie de rejoindre son Anjou natal, et Les Antiquités de Rome.
En 1560, Du Bellay meurt d'une apoplexie, à sa table de travaildit-on, le 1er janvier 1560, à l'âge de 37 ans. Il est inhumé à Paris, en la chapelle de Saint-Crépin. Publication posthume : Le Discours au roi sur la poésie
Sonnet 31

Le Sonnet 31 est un des plus célèbres poèmes du recueil Les Regrets. Il reprend le thème important à la Renaissance du voyage dans lequel s’incarne le rêve humaniste. Du Bellay évoque pour cela 2 héros mythiques de l’Antiquité. MAISl’objet du poème n’est pas de magnifier le voyage du héros épique mais de traduire le regret douloureux de la patrie à laquelle il est attaché. Nous étudierons comment Du Bellay s’appuis sur le thème du voyage pour rendre en fait hommage à son pays natal.

I. le rêve humaniste du voyage initiatique.
1. L’influence humaniste dans le poème.
> référence à Ulysse et à Jason, pour leurs périplesmythologiques célèbres, que Du Bellay prend pour métaphore de son propre voyage. Mise en valeur de cette métaphore par l’allitération en [k].
> Ces références témoignent de l’intérêt humaniste pour l’Antiquité grecque et romaine. Tableau moral positif des 2 héros à leur retour « heureux », « beau voyage » « usage et raison » qui sous-entend que la sagesse s’acquiert par le voyage.
> Intérêt...
tracking img