Du bellay, l'olive iv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (758 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Du Bellay, « L’Olive » IV

Intro : L’Olive : premier grand recueil, 1er Canzonnière français, 1er recueil de poème amoureux, inspiration pétrarquiste, sonnets lyrique, élégiaque, amoureux. Olive :nom qu’il donne à sa bien-aimée, identification de Mlle Viole (anagramme). Sonnet de forme italienne, imitation de Pétrarque lyrisme amoureux discours adressé à Olive mais pas encore nommée, début durecueil, présence par métonymie. Insistance sur ambivalence de l’amour, sur l’amour courtois, ref religieuse, mythologique, présence du sens de la vue.

Développement : - Lyrisme et élégie : (3 m’): première marque de lyrisme, lyrisme progressif
(3 oste) : ôte, le sens : la raison, privation, débouche sur de la folie, fureur amoureuse
(3 cele) : cacher désaccord entre l’apparence (grand’beauté) et (4 cruauté), expression de la douleur par le reproche.
lyrisme de la passion, de la fureur amoureuse (4 tant)
2ème quatrain : accusation, expression élégiaque
(5 cruelle) : s’adressedirectement a Olive, expression de la violence de la passion insatisfaite
(Obstinée) : absence de réciprocité, insistance sur son indifférence

- l’éloge d’Olive : (1 heureuse branche) : d’où Olivetient son nom, valorisée par heureuse, 1er terme positif, sentiment de respect, le louange l’emporte, prédominance de terme positifs
Rimes que féminines, 1 seule rime masculine, insistance sur le elle,éloge
(7en tout) : Olive : création d’une femme parfaite, création progressive, l’invention poétique devient le modèle, Du Bellay est je juge de la femme réelle, et lui reproche de ne pas être à lahauteur de sa création de l’idéal, idéalisation d’une femme réelle pour en faire un être poétique
Divinisation : (7 immortelle), gagne l’immortalité car devenu une œuvre
(11 souveraine) : respect,idéalisation, relation hiérarchique,
(14 angélique) : ange, divinisation d’Olive, christianisation à la fin du poème
(14 seraine) : rime avec souveraine, insiste sur la majesté.

- La poétique...
tracking img