Du cote de chez swann

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1466 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chaque être humain est sensible à une forme d’art qui l’émeut plus que d’autre, qui fait jaillir en lui des émotions parfois inconnues ou peut être des souvenirs, des douleurs refoulées. Pour certains, c’est la poésie qui s’affiche comme un moment de bonheur. Une toile serait l’échappatoire du peintre, de l’artiste. Quand aux musiciens tout ce qui a rapport avec le son constitue un trésor.Dans l’extrait sur lequel nous allons nous attardé, Proust, auteur du Du Cote de chez Swann a choisi de mettre en scène un personnage qui serait envahit par cette fameuse émotion, résultat d’une œuvre musicale « exécuté sur un piano et un violon ». A travers notre analyse, nous jetterons la lumière sur la Beauté a la limite irréelle de la musique, dans un second moment nous évoqueront le statutétrange d’un narrateur qui sait tout pour finir avec ces sons et ces notes qui seraient en fait l’épopée d’une histoire d’amour ou celle d’une relation passionnelle.

Le statut du narrateur ferait office de discussions dans ce passage. Qui parle? Qui vit cette expérience unique, celle qui jalonne tout l’extrait ? C'est apparemment un narrateur à la fois omniscient et interne qui relateune expérience insolite, celle de Swann et les notes de musique. Il faut dire que ce narrateur nous a laissé bien des traces et indices qui nous permettraient de trouver sa trace. Ainsi le narrateur manifeste sa présence par les adjectifs possessifs « nos » et « nous » éparpillés dans tout le texte : « dilater nos narines », « les notes que nous entendons » « devant nos yeux » « que dessensations soient assez formes en nous » ou bien « ne nous permettons de les comparer ». Ces indicateurs de possession mis a la disposition du narrateur, a la limite cocasse, dans un extrait relativement singulier racontant l’histoire d’un homme, non lui – même et dans les détails les plus profonds, nous laisse perplexes et étonnés. Et pour cause : ce point de vue omniscient le met en position deconnaisseur et l’introduit dans les recoins les plus isolé de l’inconscient de Swann, idée révélé par la séquence ou le narrateur parle de la réminiscence a laquelle s’abandonne le héros pour se rappeler les moments de bonheur qu’il a vécut des lors que la mélodie s’est achevée. C’est pour dire que le narrateur sait même a quel instant « la mémoire » du héros se met en place et retourne dans le temps.
Laprésence du narrateur est bien évidente grâce a d’autres facteurs ; il n’hésite pas a se créer une marque individuelle par un vocabulaire mélioratif de ces notes de musique, comme si il nous faisait part de son jugement et de ses sentiments. Il s’attarde sur adjectifs juxtaposes et saccade quand il décrit par exemple « la petite ligne de violon » comme « mince, résistent, dense et directive »,et celle du piano « multiforme, indivise, plane et entrechoquée ». Il est sans doute nécessaire d’affirmer que la narrateur s’abandonne dans des détails, raconte minutieusement toutes les impressions et les sentiments de Swann. C’est a se demander s’il n’était pas vraiment a ses cotes.

Bien que le statut du narrateur soit quelque peu confus dans ce texte, la beaute des images de cettemélodie et de ces notes de musique nous entraine directement dans un monde irréel, rêvé.

Tout d’abord, l’œuvre musicale en elle- même et les deux instruments de musique, le violon et le piano, sont a eux deux l’emblème de la sérénité et de l’épanouissement. Des les premiers abords du texte, nous sommes conférés a une ambiance de perfection, de magie, même dans les adjectifs utilisés.D’ailleurs, le champ lexical du Beau et des délices est tres dense sans parler des figures de styles, des comparaisons qui embellissent le texte. Il serait intéressant d’en citer quelques unes : « comme la mauve agitation des flots que charme et démolisse le clair de lune », ou plus exquis encore « lui avait ouvert plus largement l’âme comme certains odeurs de rose circulant dans l’air humide du soir...
tracking img