Du mythe... au rationnel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1157 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Du mythe…au rationnel !

Nous pouvons très bien nous imaginer les premiers hommes observer le monde, et le trouver mystérieux et incompréhensible : les étoiles dans le ciel, la foudre, la maladie ou la perte d’un proche… À priori, nous pouvons penser qu’ils étaient complètement désarmés pour expliquer ces phénomènes. Eh bien! Il semble que non ! En réalité, ils trouvaient une solution assezrapidement. Ils associaient des dieux à chacun de ces phénomènes inexpliqués afin de mieux se les approprier. Par la suite sont venus des hommes qui ont poussé les limites de la pensée en interprétant ces manifestations autrement. Le texte qui suit vous présentera l’opinion de cinq grands philosophes qui ont «donné congé» aux dieux des mythologies afin de prouver que la nature peut s’expliquer parelle-même.

Le mythe est un récit sacré qui se transmet de génération en génération et qui explique l’origine du Monde et la création de l’homme « mortel ». Ces récits impliquent généralement plusieurs personnages surnaturels, entre autres des dieux, des anges ou des démons, et souvent l’existence d’autre mondes. Il a pour but de répondre aux questions que l’homme ne peut s’expliquer par lui-même.Par exemple, les Grecs croyaient que le tonnerre n’était pas une décharge électrique, mais un genre de « javelot de feu » qu’un dieu, dénommé Zeus, lançait sur la terre à partir de son royaume, l’Olympe. Le mythe est très important, puisqu’il reflète la pensée de la communauté qui l’a créée. En effet, nous pouvons en connaître d’avantage sur une culture ou une civilisation seulement en analysantleurs récits mythiques.

Thalès est le premier « penseur » connu de l’Histoire. Il innova dans le domaine de la pensée en poussant la réflexion vers un nouvel horizon, à savoir que le monde était constitué uniquement d’eau. Ce philosophe soutenait que de toutes les choses de la nature, l’eau seule était essentielle à la vie, et qu’elle était la seule à prendre les formes les plus variées,puisqu’elle s’infiltrait partout. De ce fait, il lui était évident que le monde entier en était constitué. Ce fut alors une première dans l’Histoire : une personne affirmait que le monde était constitué  d’un seul élément, l’eau, et aucun dieu ou personnage mythique n’y avait eu part. Un fait intéressant à souligner, Thalès a peut-être été influencé dans sa théorie par le lieu où il habitait. En effet,il vivait près d’un port qui s’ensablait dans la mer; l’eau recouvrant tout sur son passage, ne laissant que sa présence.

Héraclite émet sa théorie en disant que tout passe et que rien ne reste, d’où sa phrase célèbre, qui serait née, pourquoi pas, en observant l’eau qui coule : « on ne peut deux fois descendre dans le même fleuve ». Bref, il croit à l’Un de Thalès, qu’il appelle « le devenir »,mais en perpétuel changement, ce qui inclut l’idée que tout ce qui passe n’existe plus. Il explique sa pensée à partir de la nature : tout dans celle-ci se ramène à des contraires qui se rencontrent en se poussant et en se repoussant dans une activité continuelle. Ce philosophe a contribué à la pensée rationnelle en affirmant que « le devenir » ne peut naître du pur hasard, car l’univers seraiten « plein chaos ». Puisque ce n’est pas la réalité, Héraclite croit en un équilibre des contraires provenant « d’une Raison ou d’un Logos plus fort que les caprices des choses et des hommes » et, par le fait même, des dieux.

Parménide est parti du même principe qu'Héraclite qui est l'Un. Toutefois, sa doctrine émet l’idée que le changement n’est qu’une illusion et, qu’en réalité, il n’y a quepermanence. En effet, en bon logicien qui épouse le principe de non-contradiction, il refuse l’idée d’Héraclite. Selon Parménide, pour qu’il y ait changement, il faut qu’une chose ait cessé d’être, ce qui est pour lui une contradiction. Or le changement qui implique le Néant ne peut exister, puisqu’il est contradictoire. Car la voie qu’enseigne Parménide est autre : le non-être et le Néant ne...
tracking img