Dumarsais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2152 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DUMARSAIS.  Article « philosophe »

Extrait de L’ENCYCLOPEDIE.

Si article « philosophe » de Dumarsais, longtemps attribué à Diderot qui n’en fut que le correcteur, peut être, par sa longueur et par sa puissance didactique et philosophique considéré comme un essai à part entière, il est avant tout une « contribution » à la vaste entreprise qu’est l’Encyclopédie ,véritablemanifeste de l’esprit des Lumières s’inscrivant dans un vaste engouement du XVIIIème siècle pour les dictionnaires.( plus de trente furent publiés entre 1745 et 1760)
L’Encyclopédie, écrite par de nombreux philosophes dont d’Alembert, Diderot, Montesquieu, Voltaire avait diverses missions : il s’agissait de dresser l’inventaire raisonné des connaissances, de décrire et dessiner les savoir-fairetechniques, d’encourager les inventions et les pratiques de la science, de proposer une réflexion critique et de contribuer ainsi au développement économique et moral de l’humanité et également de définir le rôle du philosophe et d’analyser les caractéristiques de la démarche philosophique. A ce titre l’article « philosophe » est fondamental.
Les intentions polémiques sont claires :il convient de définir avec justesse et précision le véritable esprit philosophique moderne alors que certains abusent de cette qualification et que d’autres n’hésitent pas à douter ouvertement de l’honnêteté morale et intellectuelle des rédacteurs du « grand œuvre », la comédie de Palissot intitulée Les philosophes présentait en effet une vue caricaturale et fausse des Encyclopédistes.César Chesneau Dumarsais (1676-1756) est un grammairien. Il est surtout connu pour un Traité des tropes. Ami de Diderot, et de d’Alembert, maîtres d’œuvre de l’Encyclopédie, il est chargé par eux de rédiger pour cet ouvrage l’article « Philosophe » qui reflète l’idéal de tout un mouvement littéraire et culturel : le mouvement dit des « Lumières »
Dumarsais propose une longue définitionordonnée didactique se voulant exhaustive et polémique, illustrant ainsi le combat des Lumières.

I. Une définition construite et didactique satisfaisant les exigences du genre.

Le philosophe se définit avant tout par son opposition aux autres hommes, ce qui sous-tend toute la construction de l’article, lui conférant ainsi une forte dimension didactique.

1.) Un jeud’oppositions.

- Le texte s’ouvre sur une double opposition : d’un part entre le philosophe et les autres hommes et d’autre part entre le philosophe et les chrétiens. La dimension polémique du texte est donc posée d’emblée, mise en évidence par le schéma argumentatif : Les deux premiers paragraphes débutent par « les autres hommes » le texte est donc construit sur une mise en parallèleentre les hommes et le philosophe. Chaque phrase évoquant les hommes est suivie d’une phrase évoquant les philosophes ou plus exactement le philosophe, celle-ci liée à celle-là par un connecteur logique marquant l’opposition:
§ 1. Lignes 1 et 2 : « Les autres philosophes (….) Le philosophe au contraire... »
§ 2. Lignes 1 et 3 : « Les autres philosophes (….) au lieu que le philosophe… »
-Le « portrait » des autres hommes se fait à l’aide de phrases négatives : « sans sentir ni connaître (…) sans même songer à… » et aussi : § 2 « sans que les actions qu’ils font soient précédées de la réflexion » tandis que celles qui se réfèrent au philosophe sont affirmatives. Le philosophe n’ est pas un homme odinaire.
- Opposition singulier/pluriel. «  Le philosophe # les autres »Volonté de définir un archétype.
- Recours à l’antithèse : « ténèbres »/ »flambeau » § 2. Le philosophe se doit d’être un guide pour l’ensemble des hommes, qui tentent de marcher dans les ténèbres de l’ignorance, vers les Lumières, le flambeau représentant la raison.
- Opposition Hommes / Chrétien .

2) La progression de l’article.

Si les...
tracking img