Dvp durable

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2857 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation Sujet : Une croissance élevée est-elle compatible avec un développement durable ?

« Soyez bons avec la terre : elle ne vous a pas été donnée par vos parents, elle vous est prêtée par vos enfants. Nous n'héritons pas la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants. » : ce proverbe amérindien donne l'esprit du "développement durable", défini par le Rapport Bruntland de 1987comme celui "qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs". Concrètement, il s'agit d'assurer un développement économique qui tienne compte de l'impact environnemental et social des modes de production, de consommation et de répartition des richesses. Mais le développement durable s'accomode-t-il de la volonté deproduire toujours plus de biens et de services ? On sait qu'une croissance économique productiviste engendre une formidable expansion, mais également des dégats environnementaux et sociaux. Il convient donc de s'interroger sur les conditions d'une compatibilité entre croissance et développement durable : faut-il forcément renoncer à la croissance économique ? Quels modes de production favorisent-ilsla sauvegarde de la planète et la justice sociale ? Nous montrerons d'abord les effets négatifs d'une croissance productiviste ; puis nous verrons que, pour les libéraux, la croissance porte ses propres solutions ; enfin, nous étudierons les conditions d'une croissance "verte" et équitable.

I- Les effets négatifs d'une croissance productiviste sur l'environnement et la société

Une "croissanceproductiviste" est un mode de production fondé sur la recherche d'une productivité et d'une croissance maximales, sans préoccupation réelle de ses conséquences sociales et environnementales. A) La croissance productiviste épuise les énergies non renouvelables... Depuis la seconde Révolution industrielle, le pétrole et l'électricité sont les énergies dominantes d'une croissance fondée sur laproduction en masse de biens matériels (biens agro-alimentaires, automobiles, électroménagers) et immatériels (télécommunications, transports...), fortement consommateurs de matières premières et d'énergie. Le problème est qu'après deux siècles d'industrialisation, nombre de matières premières minérales, fossiles ou agricoles (charbon, pétrole, gaz naturel, poissons...), s'épuisent, à l'image desressources halieutiques (en 2003, moins d'un quart des stocks de poissons dans le monde étaient gérés de manière durable, doc. 22 p.46). Or, la technologie actuelle de production repose principalement sur la consommation, par les industries, de ces hydrocarbures et autres matières fossiles et minérales. Comment produisons-nous, que produisons-nous et pourquoi le produisons-nous, constitue donc unetriple interrogation essentielle, qui se pose également aux agriculteurs. De nos jours, du Nord au Sud émergent, l'agriculture "industrielle" a, en effet recours à des "intrants" (engrais, pesticides, fongicides etc) qui épuisent la terre et donc le stock d'espaces arables à transmettre aux prochaines générations. Pire, ces produits polluent quand, par exemple, ils engorgent les nappes phréatiques denitrate... B) ...engendre des externalités négatives... Outre le réchauffement climatique, les exemples de l'impact environnemental de notre mode de production sont légions : trou dans la couche d'ozone, rivières, fleuves et littoraux pollués par les produits chimiques déversés par l'industrie et l'agriculture, fonds marins et villes engorgés de déchets (doc. 23 p.46, 1 et 2 p.51). Involontaires,ces phénomènes sont pourtant des effets externes de la production et de la consommation : les économistes parlent d'"externalités négatives". Malgré les signaux d'alerte lancés par des organisations publiques ou non gouvernementales depuis trente ans, les manières de produire et de consommer changent peu : ainsi, en France, la population a augmenté de 4% entre 1993 et 2002, et les déchets des...
tracking img