Eads

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1164 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La communication financière : la cause de l’accusation de délit d’initiés
Dans un article paru le 14 février dernier, le magazine Challenges annonçait que l'enquête de l'AMF sur l'affaire EADS abandonnait le délit d'initiés pour se concentrer sur d'éventuels défauts de communication. Le scoop semblait résider dans la possible exonération de responsabilité pour ceux qui avaient vendu leurs titresavant la chute du cours en mars 2006.

La communication financière du groupe étant mise en cause, quelles informations, autres que les déboires industriels dont on a peine à croire qu'ils puissent faire l'objet d'une confidentialité sans faille pendant des mois, ont pu aiguiser la sensibilité du marché ?

Des résultats maquillés

La publication des résultats du groupe le 8 mars 2006 faitapparaître une augmentation des dettes à long terme de 5 à 25 milliards d'euros entre 2004 et 2005. Ce chiffre étonnant témoigne d'un endettement maquillé les années passées, et démasqué par l'application des nouvelles normes comptables IFRS (International Financial Reporting Standards).

Élaborées à la suite de plusieurs scandales financiers (Enron, WorldCom...), ces règles de haute qualitévisent à rétablir la confiance du public, des épargnants et des investisseurs en améliorant la transparence comptable des entreprises.

Le bilan tel que présenté en 2006 aurait donc révélé une situation difficile que la communication financière des années précédentes n'avait pas permis aux analystes, et a fortiori au public, d'appréhender. Noël Forgeard et Hans Peter Ring sont sans aucun doutecoupables d'avoir pratiqué une communication financière à mains égards critiquable et telle qu'elle doit aujourd'hui évoluer.

Une communication, voire une publicité, plus qu'une information, répondant à des priorités à court terme, où le résultat net peut être exprimé de 60 manières différentes, sans éléments de comparaison et sans interactions, unidirectionnelle et ne faisant pas appel à dessources indépendantes. Laissant place, dès lors, à la désinformation.

Selon l'Observatoire de la publicité financière 2007, la communication financière représentait en 2006 1,2 % du budget global de publicité des entreprises du Cac40, en hausse de 10,4 % sur un an.

Mais ne peut-il n'y avoir qu'une communication financière pour ses différents destinataires ?

Les informations livrées auxanalystes et aux journalistes financiers, et celles s'adressant à une audience plus large (6,5 millions d'actionnaires français, dont les deux tiers ne lisent pas la presse patrimoniale), sont nécessairement différentes et n'empruntent pas les mêmes canaux.

L'Observatoire distingue pour les entreprises étudiées différentes stratégies, de la publication d'informations quasi neutres à la postureoffensive et l'usage des méthodes de la publicité.

L'information doit être exhaustive, mais pour être lisible elle doit être enrichie d'indicateurs permettant de mettre en perspective les résultats de l'entreprise : présentation des stratégies à court, moyen et long terme, description de l'évolution du marché, prise en compte de critères de développement durable...

Sa présentation doitégalement bénéficier des avantages offerts par Internet : interactivité, personnalisation selon les profils de public, disponibilité immédiate et sous de multiples formes, synthèses, graphiques, présentations dynamiques, etc. Il reste encore beaucoup à faire sur ce terrain !

Conclusion

Cette affaire EADS montre que c’est toute la communauté économique et financière européenne qui fonctionne mal.Les comptes publiés par EADS jusqu’en 2004 ne donnaient pas une image fidèle de la réalité :

* Ils n’auraient pas dû être certifiés.
* Les analystes et journalistes financiers auraient dû les décrypter correctement et les communiquer au public, qui aurait dû les comprendre.

Le fait déclencheur de la chute du cours d’EADS a été la communication officielle des retards du lancement...
tracking img