Eaf 2010

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (570 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude d’une œuvre: Les Ambassadeurs, de Hans Holbein le Jeune.
Huile sur bois, 206 x 209 cm, 1533. (National Gallery, Londres, Angleterre)

Ce tableau représente le portrait de deux ambassadeursfrançais, Jean de
Dinteville (en habit de cour, à gauche) et Georges de Selve (en habit
ecclésiastique, à droite). Il posent devant les symboles de leur culture et
de leur érudition : des livres, uncadran solaire, un globe terrestre, une
sphère céleste, des instruments de mesure, un luth et des flûtes.
A leurs pieds, sur un luxueux carrelage, on distingue au premier plan une
forme étrange,que les historiens ont longtemps prise pour un os de
seiche. En fait, il s’agit de la représentation d’un crâne humain déformé
par un effet d’anamorphose, que l’on peut voir en rasant le tableau ouen
l’inclinant. Ce crâne est une « Vanité » qui semble dire à ces puissants
ambassadeurs « Souviens-toi que tu dois mourir ». Le tableau, peint à la
cour d’Henri VIII, roi d’Angleterre, est porteurd’un message politique.

VANITE:
Une vanité est une forme particulière de nature morte. Les vanités sont des tableaux de petit format composés d’objets symbolisant à la fois le temps qui passe, labrièveté de la vie et la variété (vaine) des activités humaines (travail et divertissement). Le crâne est le plus souvent le motif central. Autour de ce crâne s’organisent les symboles du temps quifuit (sablier, montre, bougie…), de la corruption de la matière (pétales fanés, fruits abîmés, cordes rompues), de la fragilité, de la vie (bougie éteinte, verre brisé, objets renversés) de la vanitédes biens de ce monde, à la fois matériels et spirituels (bijoux, pièces de monnaie, couronnes, livres, instruments scientifiques, verres de vin, pipes, cartes à jouer…).
Le crâne structure le tableauet lui donne son sens : tous les objets accumulés autour de cette tête de mort ne sont rien. Ils sont vains au regard du néant qui nous attend ; ils ne renvoient qu’à notre propre finitude. La...
tracking img