Ecnomie et entreprise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4517 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DossiEr

C’est une première! Au moment où tout le landerneau financier réfléchit à l’extension de la bancarisation, le cabinet Altime Charles Riley, en collaboration avec Economie|Entreprises, livre une étude édifiante sur le phénomène de la non bancarisation et les raisons de l’exclusion d’une grande partie de la population du circuit bancaire. Détails exclusifs.
Par sanae raquiEconomie|Entreprises Mai 2010

Les «exclus» de la banque

DossiEr|Bancarisation
Près de 85% des marocains non bancarisés n’ont jamais essayé d’ouvrir un compte bancaire. Les moins de 25 ans et les plus de 60 ans constituent, au Maroc, la population la moins bancarisée. Les personnes ayant un revenu mensuel inférieur à 1.500 dirhams enregistrent un taux de bancarisation très faible, autour de 17%. Telssont les résultats d’une étude exclusive sur la non bancarisation, effectuée par le Cabinet Altime Charles Riley et le cabinet Eigen Value, en collaboration avec Economie & Entreprises. Cette étude a porté sur un échantillon représentatif de 1.105 individus, à travers l’ensemble du Royaume. L’intérêt de cette étude est qu’elle met la lumière sur le phénomène inverse de la bancarisation: celui despopulations non bancarisées, tout simplement parce qu’elles sont majoritaires. L’on a toujours parlé de la bancarisation, en mettant l’accent sur la hausse de son taux, mais jamais de cette grande masse qui reste encore exclue du système. L’étude identifie le profil de cette population et les raisons de son exclusion. A partir de ces conclusions, les banques pourront alors affûter leurs outils pourmieux la toucher. SIA Conseil, démontrent que, même si le niveau de bancarisation reste faible au Maroc, il présente néanmoins un important potentiel de croissance. L’étude préconise un taux de bancarisation de près de 60% et quelques 8.100 guichets à l’horizon 2014! Autrement dit, une moyenne d’un guichet pour 4.100 habitants. Cette ambition pourrait cependant rester au stade du vœu pieux, àmoins que les banques mettent en œuvre des stratégies ficelées de «bancarisation», afin d’attendre cet objectif. rélation entre l’évolution des dépôts à vue et les introductions en bourse pour comprendre que les personnes bancarisées ne placent pas systématiquement toutes leurs ressources à la banque et qu’une part significative de l’argent de cette population échappe donc encore au système bancaire.Plus encore, ce dernier dispose d’un manque à gagner, si l’on se réfère aux éventuels dépôts des potentiels 57% de marocains non bancarisés.

Le spectre de l’assèchement des liquidités
L’amélioration du taux de bancarisation au Maroc est aujourd’hui une nécessité de plus en plus pressante, pour un secteur bancaire en mal de ressources. En effet, suite à une période d’effervescence dans ladistribution de crédits, le secteur bancaire marocain est passé d’un état de surliquidité à une situation de pénurie des ressources, qui risque d’entraver le rôle d’intermédiation de ce secteur et sa capacité à financer l’économie nationale. Les derniers chiffres, à fin janvier 2010, suggèrent que la marge de manœuvre des banques se soit considérablement réduite, avec près de 100% des ressourcesbancaires affectées à cette date. Donc, à moins de renflouer leurs ressources très rapidement et/ou d’arriver à convaincre Bank Al-Maghrib d’ouvrir constamment les vannes de la réserve obligatoire (sa dernière intervention s’est effectuée en avril dernier), les banques devront ralentir leur activité de crédit en attendant des jours meilleurs. A ce titre, plusieurs options sont envisageables; l’uned’entre elles étant la rémunération des dépôts à vue pour attirer davantage de clients. Ceux-ci représentent près de la moitié des ressources bancaires, une aubaine pour les banques, sachant que ces ressources sont une manne financière à taux zéro. Reste à savoir si ces dernières sont suffisamment acculées pour franchir le pas sur l’exemple des pratiques récentes mises en œuvre en Europe. Cette...
tracking img