Eco droit cours sur la monaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1853 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA CREATION MONETAIRE

Les ménages, les entreprises ont besoin de monnaie pour réaliser des échanges économiques. Il convient donc de créer suffisamment de monnaie pour faire fonctionner l’économie. La monnaie scripturale représentant l’essentiel de la monnaie en circulation, il convient de s’interroger sur le mécanisme de création de cette forme de monnaie. A l’inverse, une création de monnaietrop importante peut être à l’origine de l’inflation. Ceci explique que la création de monnaie est très régulée par la banque centrale.
I. LA MESURE DE LA CREATION MONETAIRE : LA MASSE MONETAIRE

La masse monétaire est la quantité de monnaie en circulation dans un pays, détenue par les agents économiques non financiers (entreprises et ménages). Pour mesurer la création monétaire, leséconomistes calculent l’évolution de la masse monétaire. L’agrégat M1 mesure, par exemple l’évolution de la masse monétaire au sens strict. Il est composé de la monnaie fiduciaire (pièces et billets de banque) et de la monnaie scripturale (dépôts à vue dans les banques commerciales).

II. LE MECANISME DE LA CREATION MONETAIRE
Qui créé les différentes formes de monnaie ? Le Trésor (Etat) émet lamonnaie divisionnaire, c’est-à-dire les pièces. La Banque centrale émet les billets de banque (appelés aussi monnaie centrale) sur autorisation de la Banque Centrale Européenne. La plus grande partie de la monnaie en circulation (plus de 90 % de la masse monétaire) est constituée par la monnaie scripturale, créée par la banques commerciales (dites aussi banques de second rang). B. La création de monnaiescripturale par les banques commerciales
1. « les crédits font les dépôts » L’octroi d’un crédit sous la forme d’un prêt par une banque commerciale à son client conduit à l’augmentation d’un montant égal de la masse monétaire. En contrepartie du prêt accordé, la banque crédite le compte du bénéficiaire qui dispose alors de monnaie scripturale par un simple jeu d’écritures. Le crédit accordéfait apparaître sur son compte une somme qui n’existait pas auparavant (on dit que la monnaie est créée « ex nihilo », c’est-àdire à partir de rien). Le bénéficiaire du crédit pourra utiliser cette monnaie soit en retirant des billets de banque, soit en recourant aux instruments de la monnaie scripturale (chèque, carte bancaire,…). A l’inverse, l’opération de remboursement du crédit par l’agentéconomique non financier se traduit par une destruction de monnaie. Si l’on généralise au niveau d’une économie, la masse monétaire s’accroît lorsque les crédits distribués aux agents non financiers sont supérieurs à leurs remboursements.

2. Les autres opérations créant de la monnaie scripturale Les opérations qui consistent pour les banques à acheter des devises contre des euros auprès des agentséconomiques créent également de la monnaie scripturale Par exemple, une entreprise française qui exporte des marchandises vers un pays n’appartenant pas à la zone euro va recevoir en contrepartie des devises : si l’exportation se fait par exemple, à destination des Etats-Unis, notre entreprise exportatrice recevra des dollars américains. Cette entreprise va alors apporter à sa banque les devisesreçues car elle désire détenir des euros La banque va acheter les devises et en contrepartie, elle va créditer le compte de l’entreprise du nombre d’euros correspondant. Par cette opération, la banque aura crée de la monnaie scripturale. A l’inverse une entreprise importatrice qui demande des devises à sa banque pour payer des achats contribue à une destruction de monnaie scripturale. Si l’ongénéralise au niveau d’une économie, il y aura création nette de monnaie et donc augmentation de la masse monétaire lorsque les opérations avec l’extérieur sont excédentaires. A l’inverse, un déficit extérieur va impliquer une sortie nette de monnaie et donc une réduction de la masse monétaire. C. Les fuites limitent la création monétaire Les banques n’ont toutefois qu’un pouvoir de création...
tracking img