Eco stiglitz smith

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1759 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Beaucoup d'économistes et d'observateurs attribuent l'origine de la crise financière de 2008 à la non régulation du marché. La financiarisation à outrance de l’économie et la propagation de la crise depuis la sphère financière à l’économie réelle mondialisée serait attribuée à l’absence de gardes fous. La crise a eu pour conséquence un retour des Etats et des organisations internationales (Plande relance, Réformes financières, FMI, G20) dans la sphère économique, et ce à l'encontre des théories d'Adam Smith sur la main invisible. Depuis la publication de l’ouvrage fondateur des théories économiques classiques «Richesse des Nations"[1] en 1776 par A.Smith, de nombreux économistes cherchent à résoudre l'énigme de la «main invisible» afin de mieux comprendre le fonctionnement d’un marché delibre échange, avec beaucoup de difficultés. Joseph Stiglitz va à l’encontre de cette théorie de main invisible et part du principe que le marché doit être contenu par un certains nombres d’acteurs afin de mieux le réguler. Nous allons donc voir comment ces deux théories s’opposent aujourd’hui, à l’heure de tirer des enseignements de la crise économique mondiale.

. La théorie classique d’AdamSmith fondatrice du marché de libre-échange.
La métaphore de la main invisible d'Adam Smith est formulée en 1776 dans son livre "The Wealth of Nations".Il y a un seul passage, où le terme «main invisible» est explicitement mentionnée. La théorie économique de la main invisible enseigne que si chaque consommateur est en capacité de choisir librement ses propres achats et que chaque producteurchoisit ce qu’il va vendre alors le marché s’auto régule en satisfaisant les besoins de chacun des acteurs économiques. La notion de liberté et de choix est donc très présente dans cette théorie, et fonde ainsi les théories classiques du libre échange. En allant plus loin, on peut dire que le comportement égoïste des individus va permettre de contribuer au bien général de la société, par le mécanismede la libre concurrence notamment. Ainsi, les industries en surproduction verront les prix s’effondrer et vont se relancer vers des secteurs où la demande est tout aussi fort mais l’offre moins conséquente. Le rôle décisionnaire de l’Etat est supplanté par le libre arbitre des agents économiques. Mais cela suppose que le processus de libre marché, est un système d'autorégulation dans lequell'offre et la demande déterminent les productions, les salaires et les prix. Significativement, il existe dans la littérature, aucun consensus général sur la signification exacte de cette métaphore. Au lieu de cela, maintenant il y a un grand nombre d'expériences et des interprétations différentes en fonction des applications de cette théorie (finance, industrie). A. Smith s’étudie aujourd’hui àtravers le prisme des sciences empiriques modernes, et consiste à créer des modèles empiriques afin de trouver des explications pour les phénomènes économiques (parfois chaotiques) de la réalité. Le phénomène des délocalisations s’explique ainsi à travers le processus de la main invisible du marché qui pousse les investisseurs à établir de lieux de production dans les pays à forte compétitivité prixafin de faire face à une demande mondiale croissante et à une concurrence accrue entre les différents producteurs de biens. La délocalisation permet de gagner en compétitivité et de faire baisser les prix pour le consommateur final. La théorie d’A.Smith permettrait, en conclusion, d’accéder à un optimum d’efficience du marché à travers la somme des comportements individuels des différents agentséconomiques.

. Conséquences de cette auto régulation: les crises économiques de 1929 et 2007

Si la théorie de la main invisible d’A.Smith est censée amener le bien commun à travers le marché, il apparaît depuis le début du 20ème siècle que cette vérité est fortement remise en question à travers des crises économiques mondiales successives. Les crises économiques mondiale de 1929 et...
tracking img