Economie aes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 58 (14416 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I- La théorie de la valeur chez Smith, Ricardo et Marx :

Ce sont 3 auteurs que l'on peut rapprocher autour de cette théorie de la valeur du travail : ils en formulent tous 3 le corps théorique, qui a fait pour une part l'unité de l'école classique, mais ont des approches quelque peu différentes de cette théorie de la valeur.

1) Adam Smith(1723-1790) :

Fondateur de l'école classique, ilest le 1er à formuler théorie de la valeur.

*  La valeur d'un bien est déterminée par la quantité de travail commandé, la quantité de travail qu'il permet d'acquérir (sinon certains produits lestés et pas de système d'échange possible) (mais ne s'applique qu'aux sociétés primitives. Pour Smith valeur doit être rattachée au travail.
*  Il fait la distinction entre :
- la valeur d'usage et 
-la valeur d'échange
(ex de l'eau et du diamant ® l'un a une faible valeur d'usage mais une forte valeur d'échange et respectivement)
La valeur d'usage est en fait l'utilité sociale de la marchandise (c'est à dire l'utilité ressentie par les individus ( théorie subjective de la valeur).
*  Mais il s'intéresse plutôt à une analyse en terme de valeur d'échange des biens puisque c'est pour lui leproblème de la valeur échangeable et la propension des individus à échanger qui explique la division du travail qui permet la richesse des nations (cf. livre : " recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations ") 
==>Smith rattache donc plutôt sa théorie au travail et élabore théorie de la valeur - travail - commandé (ce qui détermine 1bien, c'est la quantité de travail qu'ilpermet d'acheter).
C'est ainsi l'analyse qui sert de base aux autres théories.

2) David Ricardo (1772-1823) :

Il reprend la théorie de la valeur- travail de Smith en l'enrichissant.
* Ce n'est plus la quantité de travail commandé, mais la quantité de travail incorporé qui fait le coût du produit( à la fois travail vivant et travail mort, cristallisé des biens de production(=capital) ® ajoutele travail nécessaire pour former le capital technique.

* La valeur dépend du coût en travail de marchandise comme le prouve la croissance des prix des objets (quantité de travail fixée dans une chose règle sa valeur échangeable : si augmentation de la quantité de travail, augmentation de la valeur de l'objet).

* Travail pas unique source de la valeur :
Rareté détermine la valeur des biensnon reproductibles (ex : œuvre d'art) ® en fait il y a 2 sortes de biens : biens qui peuvent être reproduits =habileté moyenne d'un ouvrier qui utilise technique de son temps.

Marx (1818-1883) :

• Marx reprend très largement l'analyse de Ricardo (rareté et quantité de travail incorporé).

• Mais ajoute que c'est la notion de quantité de travail socialement nécessaire donc correspondantaux techniques de production de l'époque qui déterminent la valeur d'un bien (coût de la vie, entretien de la famille...)
Marx introduit ici la notion de plus-value et d'exploitation (plus-value créée par les capitalistes = travail non rémunéré) ; mais les néoclassiques n'ont pas tout à fait la même vision.

I_ C'est la quantité de travail qui détermine la valeur ( : classiques).

C'est dansle courant classique que la question de la valeur est réapparue. Pour ces économistes c'est la quantité de travail nécessaire à la conception d'un bien qui détermine la valeur de ce dernier. Plusieurs économistes de ce courrant en ont fait une théorie :

Adam SMITH

Il est le précurseur et le fondateur de la pensée classique. En ce sens, on peut dire qu'il est le père de cette théorie de lavaleur. Dans Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, écrit en 1776, il distingue deux types de valeurs : la valeur d'usage, liée à l'utilité ressentie par les individus ( théorie subjective de la valeur ) et la valeur d'échange qui nous indique la valeur relative des différents Biens. Ainsi, SMITH note un paradoxe de la valeur puisque certains biens sont dôtés d'une...
tracking img