Economie des medias

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3527 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Quinzième colloque d’éthique économique
Université Paul Cézanne, Aix-en-Provence, 26 et 27 juin 2008

LA CONCENTRATION DANS L’INDUSTRIE DES MEDIAS :
IMPLICATIONS ECONOMIQUES ET ETHIQUES

La concentration est au centre de l’économie des médias, une branche émergente de la théorie économique contemporaine qui s’oriente généralement autour des axes de questions suivants. Laconcentration industrielle constitue-t-elle un danger pour la concurrence sur les marchés des médias? Quel est son impact sur le pluralisme et la qualité de l’information diffusée par les médias ? Y a-t-il danger pour la démocratie ? Si les médias sont détenus par des cartels puissants, sont-ils tentés de négliger leur rôle de contrepouvoir (celui d’un « quatrième pouvoir »), pourtant essentiel pour protégernos droits et libertés démocratiques ? Finalement, faut-il freiner le phénomène de la concentration industrielle? Si oui, comment ?
Dans un premier temps, je vais revenir sur ces problématiques centrales à l’économie des médias pour, ensuite, aborder la question de la concentration par une autre entrée, celle de la stratégie d’entreprise. Quand on analyse cette question à la lumière des apportsrécents de différents champs de la théorie économique contemporaine tels que l’économie industrielle, l’économie de l’innovation et des nouvelles technologies, l’économie des réseaux ou encore, l’économie des groupes d’intérêt et, plus généralement, l’économie du droit, on comprend mieux les processus économiques qui sont à l’origine du phénomène de la concentration. On peut alors se demander sil’évolution vers une structure de marché oligopolistique n’est pas tout simplement inéluctable dans l’industrie des médias, c’est-à-dire liée à la spécificité de ce secteur et notamment ses exigences technologiques.

Mais d’abord, comment se manifeste le phénomène de la concentration dans l’industrie des médias?
Les rapprochements entre concurrents prennent des formes diverses, plus ou moinsextrêmes, allant de la simple entente ou de l’échange d’informations à la fusion-acquisition, en passant par l’alliance ou le partenariat commercial. L’internalisation des partenaires peut être verticale (certaines entreprises finissent ainsi par intégrer toute une filière économique ou technologique) et/ou horizontale (participation au capital d’autres entreprises, absorption pure et simple d’unconcurrent). Depuis quelques années, les enjeux technologiques et financiers des grands projets dans le domaine de l’information et de la communication poussent les entreprises à créer des cartels de plus en plus puissants. Tous les secteurs des médias sont concernés. Par exemple, en France, la télévision privée est largement dominée par une poignée de groupes industriels multinationaux  tels queBouygues, Lagardère, Vivendi-Universal ou Bertelsmann qui, par ailleurs, forment des alliances entre eux (alliance Vivendi-Lagardère, alliance TF1-M6…). En outre, ces groupes ne contrôlent en général pas qu’un seul média, mais ils sont présents conjointement dans plusieurs secteurs stratégiques tels que la télévision, la téléphonie, l’Internet, la presse écrite, la radio et le cinéma. Innovateurs àla fois au niveau des contenus et des contenants, ces grands groupes « multimédias » précipitent inéluctablement le mouvement de la convergence d’industries de plus en plus imbriquées et interdépendantes telles que l’audiovisuel, l’informatique, les télécommunications et l’électronique de pointe.
On observe la tendance à la concentration dans tous pays industriels à médias libres. C’est aussi unphénomène de plus en plus mondialisé dans la mesure où les entreprises de pays voire de continents différents ne cessent de se conglomérer. Il ne s’agit pas d’un fait nouveau (on l’observe depuis le début du XXe siècle), mais il n’a cessé de s’amplifier depuis une vingtaine d’années, avec l’essor des NTIC. L’année 2000  a marqué un tournant particulièrement important dans ce processus. Non...
tracking img