Economie droit devoir bts banque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3397 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir personnel

I Economie monétaire et bancaire

Exercice n° 1

Le marché financier est un marché de capitaux à long terme où s'échangent des valeurs mobilières telles des actions ou des obligations et de plus en plus de produits dérivés.
Ils sont émis sur le marché primaire et revendues ensuite sur le marché secondaire dont le rôle est de permettre le financement de l'économie.
Lemarché monétaire représente le marchés des capitaux mais à court et moyen terme où s'échangent des titres monétaires (billet à ordre, bons du Trésor, certificat de dépôts ou enocre les prêts interbancaires).
Ce sont les banques, les assureurs, les entreprises et les Etats (via les banques centrales et les Tresors Publics) qui prêtent et empruntent des fonds en fonction de leur besoin.

L'ensemblede ces opérations de marchés présentent des profils de risques très différents en raison de la grande variété des produits, les principaux sont :
le risque de contre partie
le risque opérationnel
le risque de liquidité

mais on retrouve également d'autres risques liés aux opérations de marchés tels que : le risque de taux d'intérêts, le risque de change ou encore le risque devariation de cours.

Compte tenu de l'implication des banques et des entreprises d'investissements dans l'économie, des ratios prudentiels leur ont été imposés afin d'éviter le risque systémique (défaillance d'un établissement entraînant celui d'un autre jusqu'à ce que l'ensemble du système bancaire s'écroule).

Ces ratios permettent de contrôler la liquidité, la solvabilité et l'équilibrefinancier des établissements de crédit et des entreprises d'investissements.

Le ratio de solvabilité appelé ratio Cooke ( Bâle I) institué en 1988 suite au Krach de Wall Street en 1987, et est destiné à mesurer la solvabilité des banques et des établissements assimilés: il définit les exigences en fonds propres qu'elles doivent respecter en focntion des risques pris.
Le ratio Cooke mesure lerapport entre les actifs prêtés par les banques et kes fonds propres de ces dernières.
Il doit respecter deux exigences :
Fonds Propres + Quasi Fonds Propres / Ensemble des engagements > 8 %
Fonds Propres / Ensembles des Engagements > 4 %

Au fil des années, cette version du ratio a montré quelques limites:
coefficients de pondérations inadaptés ne prenant pas bien en compte lesprobabilités de défaut et l'évolution dans le temps
mauvaise prise en compte des risques souverains
inadéquation face à la recrudescence des nouveaux produits,
une adaptation de ce ratio est donc nécessaire.

Les accords dit Bâle II ont permis de mettre en place à partir de 2006 le ratio de solvabilité Mac Donough fondé sur le même principe du rapport entre les fonds propres et le montantdes crédits distribués pondérés par les risqsues associés. Mais la nature des risques pris en compte a été enrichie (prise en compte du risque de marché, du risque de crédit et du risque opérationnel) et les méthodes de calculs ont été améliorées.

En effet l'exigence de Fonds Propres est maintenue à 8 % mais:
le ratio Mac Donough permettra une gestion plus fine des risque en phase avec laréalité économique : le coût du crédit variera non seulement selon la qualité de l'emprunteur mais en prenant en comtpe sa solvabilité
selon le cas, le ratio de solvabilité pourra conduire certains établissements à réviser leurs Fonds Propres
Pour cela une nouvelle pondération à été élaborée. Elle se fonde non seulement sur le critère institutionnel mais également désormais sur la probabilitéde défaut appréciée par les agences spécialisées (agence de rating, notation BDF...). Les agences externes d'évaluation doivent répondre aux critères d'objectivité, d'indépendance, de transparence, de crédibilité...

La formule ratio devient:
Fonds Propres / (Risque de crédit + risque de marché + risque opérationnel) > 8%

Cette version de ratio s'appuie sur 3 piliers
une...
tracking img