Economie et pouvoir financier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3887 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Economie et pouvoir financier
La crise actuelle expliquée en mille mots

Communiqué public GEAB N°17 (15 septembre 2007)

Comme l’a expliqué à plusieurs reprises, depuis le début 2006, l’équipe de chercheurs de LEAP/E2020, le moteur principal de la crise systémique actuelle se trouve aux Etats-Unis. Cette « fin de l’Occident tel qu’on le connaît depuis 1945 » annoncée par LEAP/E2020 enFévrier 2006, c’est avant tout l’effondrement dans toutes ses dimensions (économique, monétaire, financière, diplomatique, intellectuelle et stratégique) du pilier de l’ordre mondial du XX° siècle qu’ont été les Etats-Unis. Et c’est bien ce pays qu’on retrouve au coeur de la crise financière et bancaire affectant de manière visible depuis cet été l’ensemble de la planète. Pour prendre une imagesimple, le pilier repose désormais sur des sables mouvants. Ce qui évidemment conduit toute l’architecture globale à s’affaisser dans son ensemble d’abord, puis à s’effondrer par pans entiers.

Notez

Dans ce GEAB N°17, l’équipe de chercheurs de LEAP/E2020 a donc décidé de se concentrer sur l’analyse de la nature de la crise systémique globale en cours (une réflexion déjà bien avancée depuis denombreux mois pour les abonnés du GEAB) [1] et de publier une explication en mille mots seulement de la crise actuelle et de son articulation avec l’ensemble de la crise systémique. Nous espérons que cette explication sans jargon de spécialiste aidera le plus grand nombre à mieux comprendre les évènements des mois et années à venir. Car, et c’est un point essentiel, nous estimons que plus aucuncentre de pouvoir n’est en mesure d’arrêter la crise systémique en cours, ni même de limiter son impact globalement [2].

Depuis 1945, et de manière accrue après l’effondrement du bloc soviétique à partir de 1989, l’économie américaine est devenue le pilier unique de l’ensemble du système financier et bancaire mondial. La déconnection le 15 août 1971 [3] de la valeur de la devise US avec l’or(ou de tout autre contrepartie physique, donc disponible en quantité limitée) a ouvert la voie à une croissance exponentielle de la quantité de Dollars US en circulation. L’émergence croissante de nouveaux pôles de production industriels, technologiques ou de services dans le monde, sur fond d’affaiblissement croissant de la formation des ressources humaines aux Etats-Unis et donc de lacompétitivité de la production US, a entraîné un accroissement sans équivalent historique de la dette américaine (publique et privée). Cette dette est donc progressivement devenue, grâce à l’inventivité des opérateurs financiers et à la complicité plus ou moins naïve de toute la chaîne banco-financière (banques centrales, agences de notation, médias financiers, politiciens, économistes, etc...), laprincipale production des Etats-Unis.

Image 1: Evolution du ratio d’endettement des ménages américains - Source Contraryinvestor.com

L’arrivée de G.W. Bush au pouvoir et de ses co-équipiers idéologues ou affairistes a entraîné une explosion phénoménale de la production de ce type de « valeurs », les dettes [4], avec la bénédiction très active du président de la Réserve fédérale du moment, AlanGreenspan [5] : dette publique, dettes immobilières, dettes automobiles, dettes de cartes de crédit [6],... partout la dette s’est imposée comme le bien le plus « produit » par l’économie dite dominante. Et le reste du monde a continué de plus belle à acheter ce nouveau produit « made in USA », les élites occidentales en particulier étant fascinées par l’incroyable inventivité de Wall Street et deson annexe, la City londonienne.

Pourtant depuis plusieurs années, n’importe quelle personne possédant deux yeux pour voir (c’est-à-dire ni un expert ni un décideur dont les yeux ne servent, semble-t-il, qu’à lire des rapports sur la réalité ou des communiqués de presse) et traversant les Etats-Unis pouvait constater qu’à la différence de l’Europe ou de l’Asie, le pays était en plein...
tracking img