Economie industriel - cas vw

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8339 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Economie Industrielle

Le but du cours est de comprendre les stratégies d’une entreprise par rapport aux théories vues en cours.

Il va y avoir environ 10 séances de théorie et le reste sera mis à la disposition des étudiants afin de travailler la théorie sur le cas d’une entreprise : cette année nous analyserons VW.

Le cours est divisé selon un plan précis donné à reprendre à tous lescours :

I. Théorie de l’entreprise
II. Exercice de pouvoir monopolistique
III. Interdépendances stratégiques

Notes prises au vol :

On parle d’un pouvoir monopolistique dès qu’une entreprise joue sur les prix grâce à un pouvoir quelconque. Mais toute influence n’est pas condamnable. Ce qui est condamné, ce sont les abus de pouvoir.

Il va falloir se tenir aucourant des changements qui se font actuellement au sein de VW (rachat de Porsche, etc.)

L’entreprise est une synergie statique (2+2=5) (à un moment donné)

Il faut voir une entreprise telle qu’une relation à long terme. L’entreprise doit réellement mettre tout en œuvre pour miser sur le long terme si elle veut progresser.

Jamais une entreprise ne peut créer des contratscomplets qui vont recouvrir toutes les clauses. Cette prise de risques doit être calculée et minimisée.

Il n’y a que 16% d’entreprises qui ont comme premier objectif la maximisation du profit. Il faut donc comprendre le cap de l’entreprise.

Une entreprise managériale est une entreprise où il y a une séparation entre la propriété (actionnaires) et les dirigeants d’entreprises. Il y ades divergences entre ces deux acteurs. Cela va entrainer une mise en place de divers proccess pour réguler ces contrats.

Changer un simple élément de l’entreprise peut provoquer des développements complètement différents.

Organisation fonctionnelle : divisée en département (il manque des incitants).
Organisation multidivisionnelle : tout le monde s’attache au même but
Organisationmatricielle : combinaison des deux

Les entreprises multi-produits entrainent des stratégies différentes.

La tarification en deux parties en tant que telle on ne la retrouvera pas chez VW. C’est tout le système où l’on va payer par exemple le rasoir et puis après on devra acheter la lame, faire payer les gens à l’entrée d’un parc d’attraction puis encore après par attraction.
C’est la théorie qui vaamener directement aux ventes jointes (par exemple, une voiture vendue avec une radio, un iPod, etc.) et, grâce à cela, elle pourra contribuer à un pouvoir monopolistique.

Les biens durables ont souvent un marché des produits secondaires (seconde main). Quand on fixe le prix au départ, il faut calculer également le prix de revente car le client va réfléchir au prix auquel il pourra lerevendre.

Les entreprises discriminantes sont des entreprises qui vont cibler des clients différents et jouer avec des gammes différentes.
L’entreprise qui se crée une niche monopolistique en sortant son produit aux yeux du consommateur. La différenciation subjective va s’appuyer sur un modèle conçu dans exemple de monopole. La publicité va provoquer cette différenciation.

Les contrôles etintégrations verticales (vérifiables chez VW) ne sont quasiment jamais attaquée car cela propose à l’entreprise une réelle opportunité mais les consommateurs sont également gagnant car le prix est moindre. Absorption, fusion, franchises et exclusivités.

La façon dont on peut mesurer la possibilité d’un pouvoir de marché à travers les législations EU et US.

Le troisième chapitre est un chapitre qui vapartir de l’idée d’une concurrence réelle (et non pure et parfaite) : plusieurs entreprises oligopoles qui dominent le marché.
La meilleure façon de les voir c’est de voir les entreprises comme des joueurs qui essaient de se prendre l’une à l’autre des parts de marché. Les rudiments de la théorie des jeux nous seront expliqués. Cela correspond très bien au comportement que l’on va découvrir....
tracking img