Economie industrielle et bancaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7832 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
|« Economie industrielle et bancaire » |

I).Regard sur la crise financière actuelle :

1) Le système financier mondial qui est face à une crise financière a permis de financer la croissance mondiale depuis un certain nombre d’années. Cette croissance s’est faite à un rythme de 5% par an,pendant 10 ans.

La crise actuelle a pour origine les « crédits de SUBPRIMES » qui sont des crédits immobiliers octroyés à des particuliers peu solvables. L’encours des crédits « SUBPRIME » aux USA a fait des pertes de 1300 milliards de $. On considère que 3 millions de ménages américains ont vu leur maisons saisies. Ceci aussi était un choix politique (BUSH).

Un autre point :l’équilibre mondial (l’épargne) : depuis le début du 19ème siècle, on a eu deux périodes :

La première c’est le « Taylorisme » qui se déroule du début du 19ème siècle à la fin de la crise de 1929, il a pour objectif, d’augmenter la productivité, et donc la machine du capitalisme est une machine à produire. Pendant cette période, le capitalisme rencontre des problèmes (crises) de surproduction.

Ladeuxième phase : c’est de 1929 jusqu’au début des années 1980, c’est «  le fordisme » (Henry FORD) qui a mis en œuvre des principes de régulation que KEYNES a théorisé en macroéconomie.

Henry FORD a instauré le « FIVE DOLLARS /DAY » .

Le fordisme c’est l’amélioration de la production et aussi l’amélioration des salaries. Ce système s’est mis en œuvre aux USA sans crise de surproduction.2) Les limites du système :

1* l’étatisation : le contrôle par l’état de l’ensemble de l’économie.

2* l’inflation : peut être facteur de croissance, mais l’inflation maitrisée favorise la consommation.

L’inflation participe au financement de la croissance, c’est le constat de la double faillite du fordisme qui a amené l’état à mettre une nouvelle phase de crise (mondialisation).

Dansles années 1980, on a augmenté les taux d’intérêt, on a déréglé les systèmes financiers et les entreprises « internationalisées ».

Le nouveau mode de croissance s’est révélé efficace.

Dans ce nouveau mode de régulation, la finance a évolué et cette finance » a changé de nature à un double titre. (Certains pays émergeants).

La première révolution financière est quelque chose qui estinenvisageable.

La Chine a croit ses réserves de changes de 500 milliards $, la réserve de change des pays émergeants représentent 5000 milliards $.

L’équilibre financier de la planète repose sur le fait que les paysans Chinois ont accepté.

On s’est mis à produire de plus en plus, ce qui a permis à ces pays d’exporter, ces réserves étant placées majoritairement en bon de trésor américainqui permet de financer le déficit américain. L’importation des pays du nord des produits des pays du sud a permis d’accroire les réserves.

En 2006 et 2007, 80% de la croissance s’est faite grâce à la croissance des pays émergeants.

3) La titrisation :

La crise mondiale actuelle est une crise de titrisation. Et la titrisation c’est la transformation d’une créance en titre.

Lacrise économique mondiale est dû aussi à l’imprévoyance des économistes. La titrisation représente deux avantages :

• la banque débarrasse de cette créance et recommence à faire pareil.
• Ce sont des produits liquides, les assurances, fonds de retraite (on peut les vendre ou les acheter).
Les américains sont accros aux crédits ; leur consommation est financée par les crédits, l’épargnedes ménages américains est nulle.

4) Seigneuriage :

C’est la capacité qu’a un pays de prêter de l’argent.

Au mois d’aout 2007, le cout estimé de pertes est de 250 millions $.

L’inconvénient de la titrisation c’est que çà dissimile les risques.

La crise actuelle n’a rien à voir avec la crise de 1929. en 1929, il y’a eu un crack boursier (dépréciation de l’économie bien...
tracking img