Economie industrielle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8042 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Economie Industrielle et Stratégies d’Entreprises Microéconomie Industrielle Mr Ragni Introduction : Ce cours est consacré à la notion de concurrence. L’idée est d’essayer de représenter les formes de la concurrence. Il touche plusieurs domaines de l’économie et de la gestion : l’économie industrielle (dans ses deux branches : industrie, stratégies, profitabilité, marché et l’autre qui estl’économie des organisations c'est-à-dire la firme, l’industrie, le marche). Les deux approches sont complémentaires. L’angle d’attaque ici est la concurrence. Comment les firmes se font ou ne se font pas concurrence ? Cela touche deux théories très conjointes : la théorie de la firme et la théorie de l’entreprise. Des auteurs comme Williamson, Coase, Nelson et Winter peuvent entrer dans l’étude. Lesprincipaux outils seront des modèles établis par certains de ces auteurs, la microéconomie de la concurrence imparfaite sera également très utile (l’étude des monopoles, les duopoles,…). Un autre outil est la théorie des jeux (comportement stratégique des entreprises pour faire de la concurrence). Un chapitre concernera d’avantage l’économie industrielle notamment la théorie des Barrières à l’entrée.L’idée c’est de savoir dans quelles mesures une entreprise peut empêcher l’entrée d’une autre,… Le cours est structuré en 3 chapitres : - Les apports de la microéconomie de la concurrence imparfaite afin de représenter certaines formes de concurrences. - La théorie des jeux : la théorie des jeux coopératifs ; la théorie des jeux non coopératifs et la forme des rationalités des agents. - La théoriedes barrières à l’entrée. On ne peut finir cette introduction sans se demander ce que c’est que la concurrence ? C’est toutes les situations de rivalité, compétition, de recherche d’innovation, d’OPA pour aboutir à une situation de monopole ou presque sur un marché. La concurrence est un processus actif de compétition. Schumpeter (1956) a fait des études intéressantes sur la théorie de l’innovation.Egalement Hayek,…. Il existe cependant plusieurs formes de concurrence, les unes sont agressives et les autres sont coopératives. La législation peut créer une situation de faveur de certains par rapport à d’autres. On a finalement une notion de concurrence qui consisterait à dire que beaucoup de firme continuent à rester et à s’agrandir sur le marché au détriment d’autres. On part d’unesituation où il y a relativement beaucoup d’entreprises à celle où il y en a peu. La seconde vision de la concurrence, celle de Walras ou Marshall est celle de la concurrence pure et parfaite. Quelques critères caractérisent cette concurrence : - La libre entrée (ou sortie sur un marché) et mobilité des capitaux - La transparence sur l’information ou les prix notamment - Homogénéité des produits -Atomicité c'est-à-dire qu’un seul agent ne peut assurer l’équilibre de l’offre et de la demande sur le marché. - Price-taker c'est-à-dire que toute l’information est véhiculée par les prix. Walras dit que la concurrence dans ce sens là est un mécanisme automoteur et autorégulateur. C’est la situation où il y a de plus en plus d’entreprises sur le marché.

Processus de compétition lutte pour la vieconquête de part de marché etc. CPP Libre entrée (sortie) Transparence Mobilité Price taker Homogénéité Atomicité

Mécanisme autoentretenu, autorégulateur

Une troisième situation de concurrence consiste à dire que la concurrence est aussi une série d’états plus ou moins parfaits ou plus ou moins imparfaits. Ca correspond aux grandes catégories de la concurrence imparfaite. Le 1er état c’est lemonopole : il en existe plusieurs types à savoir le simple, le monopole naturel, le monopole discriminant (Air France par exemple), tarification au prix des réservations Il y a aussi l’état de duopole : Les grands auteurs qui ont inventé cette catégorie sont A Cournot 1834 (quelle variable va utiliser l’entreprise pour maximiser ses profits ?) ; Bertrand 1886 (A quel niveau faut-il fixer les...
tracking img