Economie internationale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11194 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde comme un village.
Dans ce chapitre : - les théories du commerce international - la longue histoire de la mondialisation - le sud entre essor et désolation. - les rois du monde.

1- A la recherche de « la richesse des nations » : les théories du commerce international.
S’il est un domaine où le marché dicte sa loi c’est bien celui des échanges internationaux. Depuis la chute ducommunisme et l’ouverture de la Chine, le monde s’est transformé en un grand marché unifié soumis à des règles que des gendarmes jaloux, comme l’Organisation Mondiale du Commerce, essayent d’étendre à chacun et faire respecter par tous. Les économistes ont longtemps cherché à expliciter la nécessité absolue de la spécialisation et il y sont parvenus. Ce qui est toujours discuté, et discutable, ce sontles critères de cette spécialisation.

Adam Smith et les avantages absolus. Le pilier sur lequel repose toute la réflexion sur le commerce international a été bâti par Adam Smith dans ses fameuses Recherches sur la nature et la cause de la richesse des nations, publié en 1776. Chaque pays doit se spécialiser dans les productions qui lui coûtent moins cher à produire qu’à acheter. Ce qui estvrai pour le bon père de famille est vrai pour un pays. Imaginons deux pays fabriquant deux produits identiques, ou interchangeables, à des coûts de revient différents, exprimés ici en heures de travail : Produit X Produit Y PaysA 10 heures 20 heures PaysB 20 heures 10 heures monde 30 h./2 X 30h./2 Y total 30h/ 1X,1Y 3Oh/1X,1Y 60 h/2X,2Y

Si on considère que un produit X est échangeable contre unproduit Y, les deux pays ont tout intérêt à se spécialiser dans le produit dans la fabrication duquel ils sont plus efficaces. Ils doivent abandonner la production de l’autre produit et consacrer la totalité de leur travail à la production du bien choisi : le produit X pour A et le produit Y pour B. Après spécialisation la situation a ainsi changé :

Produit X Produit Y PaysA 10 heures PaysB10 heures monde 30h/3X 30h/3Y

total 30h/ 3X 30h/ 3Y 60h/ 3X,3Y

On voit quelles sont les trois conséquences positives de la spécialisation. - Chaque pays a amélioré sa situation : avant spécialisation, et pour 30 heures de travail, chacun avait 1X et 1 Y. Après spécialisation, ( et échange de 1 X contre 1 Y) chacun a la même chose qu’avant plus un produit supplémentaire. L’utilisationoptimale des ressources de chacun a été atteinte. - L’échange a été fructueux pour les deux partenaires. On a obtenu une réciprocité des avantages. Ce qui est bon pour l’un est bon pour l’autre. C’est un principe essentiel de l’échange international. Cela exclut que l’échange soit néfaste pour une des deux parties. - L’échange a amélioré, au niveau global, l’utilisation des ressources. Le mondeavait,avant spécialisation et pour soixante heures de travail, 2 X et 2 Y. Après spécialisation, pour la même quantité de travail on a 3X et 3Y. L’allocation optimale des ressources a été également obtenue au niveau mondial. Ricardo et les avantages comparatifs. La démonstration de Smith est parfaite mais laisse une question en suspens. Que doit faire un pays qui serait moins bon que tous les autresdans toutes les productions ? Doit il ne rien faire et tout acheter ? Peu probable. Et le pays qui serait meilleur dans tous les domaines ? La réponse de Ricardo est bien connue : même dans ces cas l’échange est profitable. Chaque pays doit se spécialiser dans la production où il a les avantages comparatifs les plus importants (ou les désavantages comparatifs les moins importants). Ainsi, dansl’exemple célèbre donné par Ricardo lui-même, qui met en scène l’Angleterre et le Portugal, ce dernier est meilleur dans les deux productions prises en compte : le drap et le vin. Toutefois l’avantage du Portugal dans la production de vin est plus important que dans la production de drap. Ricardo démontre que si le Portugal se spécialise dans le vin (où il a l’avantage comparatif le plus grand) et...
tracking img