Economie L1 AES

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4669 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 Les économistes libéraux

Introduction:
Qu’est-ce que le libéralisme ?
Il existe non pas une mais une multitude de visions différentes du libéralisme. Ces différentes visions touchent à plusieurs disciplines universitaires. Maurice Cranston, professeur britannique de philosophie et de sciences politiques a déclaré en 1967 qu’un libéral est fondamentalement quelqu’un qui croit enla liberté. D’une manière générale, les premiers écrits de philosophie politique consacrés au libéralisme datant du dix-septième siècle (avec des auteurs comme David Locke et Jean Jacques Rousseau) mettaient en avant cet attachement à la liberté comme caractéristique essentielle du libéralisme.
Aujourd’hui, le libéralisme est généralement présenté comme une idéologie (au même titre que lemarxisme et le socialisme). Qu’est-ce qu’une idéologie? Une idéologie est un ensemble d'idées, de pensées philosophiques, sociales, politiques, morales, religieuses, propre à un groupe, à une classe sociale ou à une époque. C'est un système d'idées, d'opinions et de croyances qui forme une doctrine pouvant influencer les comportements individuels ou collectifs.
Il est difficile de séparer strictementles aspects philosophiques, politiques, juridiques et économiques du libéralisme, comme le montre les thèmes de la propriété privée et du marché. Expliquer pourquoi la propriété privée et le marché sont des thèmes pluridisciplinaires.
Nous nous attachons dans ce chapitre à la dimension économique du libéralisme qui repose sur deux principes fondateurs.
Tout d’abord, l’existence d’un ordrenaturel ce qui implique la non intervention de l’Etat. On retrouvera cette idée dans les différents courants libéraux évoqués dans ce chapitre.
D’autre part, le libéralisme suppose la parfaitement coordination des comportements individuels qui s’agrègent de manière efficace et harmonieuse. La poursuite par chaque agent économique de son intérêt personnel contribue par la même occasion à augmenterl’intérêt général. Les agents économiques maximisent tous leur utilité (un autre mot pour satisfaction) sous contraintes. Les libéraux sont ainsi appelés utilitaristes.





I) Les Physiocrates

Les physiocrates sont un courant théorique français éphémère du XVIIIème siècle dont le chef de file était François Quesnay qui avait fait des études de chirurgie, d’être le médecin attitré de lamarquise de Pompadour et de Louis XVI avant de devenir économiste à l’âge de cinquante-six ans. Son œuvre principale est le Tableau économique qui peut être considéré comme l’ancêtre de la théorie moderne du circuit économique/




Le Tableau économique conçoit la nation comme un ensemble de trois classes principales définies selon leur fonction économique :

la classe dite productive est laclasse des agriculteurs ; l'agriculture est la source unique de la richesse donc cette classe est l’origine de la production annuelle globale.

la classe des propriétaires : aristocratie + le souverain + clergé qui, sans cultiver la terre, s'approprie néanmoins le «produit net » chaque année sous forme de rente payée par la classe productive

la classe stérile : tous les autres groupes de lasociété, qui sont occupés à d'autres activités que celles de l'agriculture.


Le Tableau économique décrit sous la forme de formules la manière dont les produits issus de l'agriculture, qui sont la seule source de richesse, sont distribués parmi les trois classes économiques de la nation dans un environnement de parfaite liberté économique.
Pour Quesnay qui était hostile à l’intervention del’Etat, le véritable enrichissement de la nation est agricole et non pas monétaire (à la différence des mercantilistes).

II) Les Classiques

La pensée économique moderne est née avec la révolution industrielle qui a débuté au 18ème siècle en Grande Bretagne. Il est d’ailleurs intéressant de constater que les premiers économistes de cette période faste de l’économie dite classique sont des...