Economie preindustrielle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2039 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PARTIE I : Chapitre 1 : L'économie préindustrielle :

La première RI commence en Angleterre à la fin du 18e siècle. Elle est une rupture majeure de l’histoire économique en référence à l’économie préindustrielle (primauté des activités agricoles, rôle marginal de l’industrie et des échanges, enclavement). Cependant, il est faux de parler d’immobilité, car elle contribue à l’accumulation lentedu savoir-faire et des techniques qui portent en germe les grandes transformations de l’âge industriel. Le premier a parlé de RI est Blanqui en 1837.C’est une mutation complète et brutale de la société. Plus objectivement, elle s’apparente à une révolution technique qui indique le démarrage d’un nouveau type de croissance.

I/ L’inertie apparente de l’agriculture, de l’énergie et de l’industrie :A/ Base agricole :

L’agriculture représente 9/10e de l’économie en raison de l’importance de la demande.

Principales caractéristiques :
→ Surtout les cultures céréalières dans un système d'assolement triennal.
→ habitat groupé et contraintes communautaires (fêtes religieuses, le rythme des étapes agricoles).
→ L’agriculture se caractérise aussi par la diffusion lente del’innovation au niveau de la technique (ancêtre charrue est l’araire) et des nouvelles plantes (maïs se diffuse au 16e et 17e, pomme de terre, puis plantes fourragères comme le trèfle, la luzerne et le safoin introduites par les Anglais).
→ Le bol alimentaire se diversifie, accentue l’importance de l’élevage, la production agricole augmente mais ces innovations prennent du temps pour se diffuser dans lereste de l’Europe.
→ Les rendements et la productivité étant médiocre, la solution est essentiellement spatiale, c’est une agriculture extensive.

Les éléments qui assureront le triomphe de la révolution agricole (fin 18e et 19e) sont déjà connus à l’époque préindustrielle mais ne se généralisent pas. Les mentalités, notamment en Europe, paraissent longtemps rétives au changement.

B/Insuffisance énergétique :

Dans l’Antiquité : faible utilisation technique car force musculaire humaine comme source d’énergie gratuite.

Dans l’économie préindustrielle, les forces motrices sont limitées, on utilise la force humaine et animale. L’objet mythique de la production d’énergie est le moulin.

On utilise des produits stratégiques dont le coût s’élève fortement : le bois. Il estutilisé à finalités domestiques (chauffage, alimentation), dans les activités industrielles naissantes, comme la métallurgie (dans les manufactures). Les ressources forestières anglaises sont limitées, il y a des goulets d’étranglement qui expliquent la mise en exploitation précoce du charbon de terre.

C/ Les activités industrielles :

→ Il y a 3 formes spécifiques :

_ Le domestic system :l’artisanat et la petite entreprise locale : production est limitée et sert dans un domaine étroit.
_ Le factory system : manufactures nées de l’impulsion étatique qui concentrent un savoir-faire et divisent le travail (verrerie, textile de luxe, cristallerie).
_ La protoindustrie : forme industrielle très développé dans certains pays (France). La relation ville/campagne est étroite puisque letravail est commandé par des marchands urbains qui apportent la matière première et revende ensuite le produit effectué, semi-élaboré, à des négociants qui vont assurer la phase terminale :le commercialiser. La production est destinée à un marché extrarégional voir extranational. Le producteur rural apporte sa force de travail (2 fois moins cher qu’en ville) et en ville, ce sont des métiersurbains qui sont organisés en corporations (hiérarchie, pas de concurrence dans une zone donnée, normes de production strictes) et qui se chargent de la phase terminale. Ces métiers dégagent la plus haute VA.

→ L’activité dominante est de façon écrasante le textile, avec des produits de qualité très différente. Il y a un textile grossier et au sommet, on trouve la soierie.
→ Loin derrière, on...
tracking img