Economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3749 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
E. Legrand– IUFM d’Auvergne/Université de Rennes Préparation aux concours du professorat d’économie et gestion

Chapitre II. Les justifications de l’Etat minimal
Les économistes du courant classique justifient l’intervention de l’Etat dans les deux situations essentielles suivantes : - l’Etat doit remédier aux situations d’échec du marché que sont les biens collectifs et les effets externes ;- l’Etat doit garantir un fonctionnement concurrentiel des marchés

I. L’allocation optimale des ressources
1) Le principe de la main invisible d’Adam Smith Dans son œuvre Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations (1776), A Smith expose le principe de la « main invisible » : chaque individu, cherchant à satisfaire son propre intérêt, contribue à l’intérêt général1. Lesobjectifs de maximisation du profit des producteurs et de maximisation de l’utilité des consommateurs sont rendus compatibles par les mécanismes de marché qui arbitrent entre les offres et les demandes. Ainsi, l’existence de marchés parfaitement concurrentiels (définis par la situation de concurrence pure et parfaite) permet de maximiser le bien-être collectif. Dès lors, toute intervention del’Etat, perturbant le libre jeu du marché, ne peut que réduire la richesse créée et engendrer des gaspillages. 2) L’optimum de Pareto Une situation est qualifiée de Pareto-optimale s’il n’est pas possible d’améliorer le bien-être d’un agent sans détériorer celui d’au moins un autre agent. Pour des quantités données de facteurs de production et un état donné de la technologie, une allocationpareto-optimale des ressources est obtenue si : 1) les marchés sont de concurrence pure et parfaite et ; 2) les producteurs ont un comportement rationnel (c’est-à-dire s’ils cherchent à maximiser leur profit sous contrainte de l’état de la technologie de production disponible). Le critère de Pareto permet de qualifier une situation dans laquelle l’allocation des ressources productives (ou facteurs deproduction) est optimale ce qui exclut tout gaspillage de ressources et implique une maximisation du bien-être collectif. Une allocation optimale des ressources ne suppose pas une égalité de situation des agents. En effet, l’obtention d’un optimum de Pareto ne préjuge en rien de la distribution a posteriori des richesses créées (c’est-à-dire des revenus) : à une situation pareto-optimale, peut correspondredifférentes répartitions de revenus se caractérisant par leur caractère plus ou moins inégalitaire. L’économiste Clark considère qu’une situation pareto-optimale est juste (au sens de justice sociale) dans la mesure où chaque facteur est rémunéré à sa productivité marginale : chaque agent perçoit un revenu proportionnel à sa contribution à la production de richesse. On retrouve ici le principe dejustice commutative2( à chacun selon ses mérites). Cette conception de la justice sociale exclut toute politique étatique de redistribution des richesses créées. Le libéralisme justifie l’intervention de l’Etat lorsqu’il existe des biens indivisibles, des effets externes ou encore lorsque la structure des marchés s’éloigne d’une situation de CPP (concurrence pure et parfaite).

II. L’Etat doitintervenir afin de remédier aux situations d’échec du marché.
Comme le résume A Smith, « ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre déjeuner, mais de leur intérêt propre. » 2 que l’on oppose traditionnellement à la justice distributive (« A chacun selon ses besoins »).
1

1

E. Legrand– IUFM d’Auvergne/Université de Rennes Préparationaux concours du professorat d’économie et gestion

L’Economie publique3, ou Ecole du Public Choice, a pour champ d’analyse l’intervention de l’Etat. D’après ce courant de pensée, l’action de l’Etat doit compléter les mécanismes de marché lorsque ces derniers sont imparfaits. Deux situations d’échec du marché font l’objet d’une attention particulière : les effets externes et les biens...
tracking img